Le mal qui dévore: 7 légendes terrifiantes du folklore amérindien

La tradition ancienne et terrifiante du peuple amérindien est peuplée d’esprits horribles, de sorcières et de monstres avec un désir insatiable de chair humaine.

les legendes et le folklore font partie de toutes les cultures du monde. Et peu sont plus terrifiants que les légendes présentes dans l’histoire et la culture des tribus amérindiennes. Une grande partie de cette ancienne tradition, peuplée d’esprits maléfiques, de sorcières, de créatures démoniaques et de monstres, remonte à des générations et a hanté le paysage américain bien avant l’arrivée des colons européens et l’expérience de ces histoires effrayantes par eux-mêmes. Racontées et partagées oralement, ces légendes varient en fonction de chaque emplacement géographique, mais elles partagent toutes un thème commun: être absolument terrifiantes.

Les sept légendes suivantes de créatures monstrueuses et d’esprits anciens servent d’avertissements macabres à prêter attention à la terre et à la nature qui nous entourent, de peur que nous n’évoquions aussi l’une de ces légendes cauchemardesques pour nous-mêmes.

1. Wendigo: le mal qui dévore

Le mal qui dévore: 7 légendes terrifiantes du folklore amérindien
[Image via Tumblr ]

Le wendigo est la créature la plus connue et la plus redoutée de la mythologie amérindienne. Originaire des forêts du nord de la région de la côte atlantique et des Grands Lacs aux États-Unis et au Canada, le wendigo a été raconté comme un récit édifiant contre les maux du cannibalisme. La légende raconte l’histoire d’un mauvais esprit conjuré par quiconque mange de la chair humaine. Ils seraient transformés en une créature squelettique de pur mal et maudits par une faim insatiable de dévorer l’humanité.

2. Yee Naaldlooshii: le Skinwalker

La mythologie Yee Naaldlooshii vient des légendes Navajo du sud-ouest américain. Communément connue sous le nom de skinwalker, la créature est une sorcière capable de se métamorphoser en animal (un peu comme la mythologie des vampires d’Europe de l’Est). Ce sont généralement des hommes qui ont commencé à étudier les parties les plus sombres du spiritisme Navajo et qui ont renoncé aux méthodes Navajo. Connu pour attaquer les gens et les animaux, un rite de passage supposé pour ceux qui entreprennent les arts sombres est un sacrifice de sang d’un être cher ou d’un parent. Un skinwalker n’est pas si différent de la croyance d’un wendigo, mais il est moins animal et plus humain dans ses mauvaises actions que le cannibalisme et un besoin infini de se nourrir.

3. Kanontsistonties: les têtes volantes

Le mal qui dévore: 7 légendes terrifiantes du folklore amérindien
[Image via Tumblr ]

Vers la côte Est se trouve une légende iroquoise avec un facteur un peu moins effrayant, mais qui a toujours jeté une ombre étrange sur la terre pendant plusieurs siècles. Selon la légende de la tribu de l’actuel nord de l’État de New York, un Flying Head a chassé les peuples autochtones de leur village bien avant l’arrivée des colons européens. Les Flying Head revendiquaient leurs terrains de chasse et leur maison ancestrale, terrorisant quiconque s’approchait pendant de nombreuses années et les forçant à déménager dans la nature sauvage des Adirondacks. Selon certains, le lieu de ce déplacement tribal était le lac Sacandaga («terre du verre ondulant» en anglais) et le nom de la tribu en question a été perdu dans l’histoire. À ce jour, beaucoup considèrent l’emplacement d’origine de la tribu sans nom maudit. Pire encore, plusieurs hôtels ont été érigés sur l’ancien site et beaucoup ont subi des ruines financières ou même physiques,

4. Camazotz: la chauve-souris de la mort

La mythologie du peuple maya dans l’Amérique centrale actuelle est vaste et, parfois, déconcertante pour le chercheur novice. Mais une croyance, pas si différente de notre propre perception de cette créature de la nuit, est dans le Camaztoz, un dieu chauve-souris de la nuit, de la mort et du sacrifice. Les Camaztoz apparaissent dans diverses légendes, le plus souvent associées au sous-bois connu sous le nom de Xibalba. Ils servaient parfois de guerriers, de messagers et d’épreuves pour ceux qui cherchaient à explorer la vie après la mort. Les chauves-souris sont des créatures effrayantes par nature, et les histoires des divinités chauves-souris qui gardaient les royaumes de la pègre étaient une source de terreur et de respect dans la culture maya.

5. Mishipeshu: la panthère de l’eau

Le mal qui dévore: 7 légendes terrifiantes du folklore amérindien
[Image via Wikimedia ]

Le Mishipeshu ou la «panthère sous-marine» est une figure marquante de la mythologie des tribus situées autour des Grands Lacs. L’image de la créature est terrifiante – un gros chat avec des écailles et des pointes longeant son corps. Ou, pour certains, un serpent féroce à l’échelle. De nombreuses tribus croyaient que cette créature résidait sur une île au milieu de l’actuel lac Supérieur. Une des origines de la légende est que la créature gardait de riches gisements de cuivre dans le lac d’un groupe ancien et anonyme de personnes cherchant à le récolter (des preuves archéologiques montrent des tentatives d’extraction du cuivre de la région depuis les temps anciens). Lors d’une ruée vers le cuivre dans les années 1840, de nombreux navires ont été victimes de naufrages dans le lac que l’on croit être le travail de cet étrange gardien, gardant ses trésors en sécurité. Un prêtre jésuite a même prétendu que la créature l’avait attaqué lorsqu’il tentait de prendre du cuivre dans le lac. Est-ce l’ancien gardien des biens de la terre? Ou peut-être, comme beaucoup de créatures ressemblant à des dragons, protège-t-il son trésor des voleurs potentiels.

6. Hestovatohkeo’o: deux visages

Two-Face est une créature qui vient des histoires des tribus des plaines qui croyaient en une créature horrible avec un visage humain à l’avant, un visage beaucoup plus malveillant à l’arrière de la tête. Bien que certains la décrivent comme une créature ressemblant à un ogre, de nombreuses traditions la considèrent comme une entité très humaine. Comme Medusa, on croyait qu’un contact visuel avec le deuxième visage rendrait la victime morte à vue. Certaines tribus croyaient que seuls les hommes pouvaient devenir à double face tandis que d’autres croyaient que seules les femmes pouvaient posséder cette monstrueuse défiguration. Les deux visages étaient souvent accusés de meurtres, de mutilations et d’enlèvements et choisissaient souvent des enfants comme victimes.

7. Tah-tah-kle’-ah: les femmes hiboux

Le mal qui dévore: 7 légendes terrifiantes du folklore amérindien
[Image via Blumhouse ]

Si vous êtes un fan de Twin Peaks, alors cette étrange légende de la tribu Yakama dans l’actuel État de Washington est tout à fait dans votre allée. En bref, on pensait qu’il s’agissait d’une race d’hybrides femmes-hiboux qui se cachaient dans des grottes pendant la journée et chassaient les humains la nuit, les cannibalisant. Et bien qu’ils se nourrissent d’autres créatures forestières, comme les rats et les serpents, on croyait qu’ils préféraient la chair des enfants. Selon la légende, c’est des femmes-hiboux que la chouette de la forêt est née après s’être noyée et avoir arraché son œil. Les hiboux sont depuis devenus un symbole de la mort et de la mauvaise fortune dans de nombreuses tribus indigènes à travers le pays.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : OCCULTMUSEUM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *