Il n’est jamais trop tard pour dire au revoir: 10 histoires de fantômes réconfortantes d’adieux finaux

Quoi qu’il arrive, l’amour est éternel!

Il n’est jamais facile de perdre quelqu’un que vous aimez, que ce soit un membre de votre famille ou des amis, mais c’est encore plus difficile si cette personne meurt soudainement et que vous ratez ce dernier adieu. Cependant, parfois la mort n’est pas toujours la fin. Voici 10 histoires de fantômes réconfortantes partagées par des gens qui, contre toute attente, doivent dire leur dernier adieu à ceux qu’ils aiment.

1. Deux coups

Au lycée, ma meilleure amie est décédée dans un tragique accident de voiture. Il l’a découvert dans la matinée et a de toute évidence été renvoyé chez lui. Quand j’ai découvert ce qui s’était passé, je me suis faufilé par une porte latérale, je suis allé à ma voiture dans le parking pour personnes âgées et j’ai conduit la pédale jusqu’au sol jusqu’à sa maison. Moi-même et certains de nos autres amis proches avons passé le reste de la journée avec lui pour essayer de le réconforter du mieux que nous pouvions. Alors que la journée se termine, quelques-uns d’entre nous décident de passer la nuit pour qu’il n’ait pas à être seul. Il est donc assez tard et nous nous préparons tous pour le lit et nous entendons deux coups à la porte de sa chambre. Son beau-père et tous les autres adultes qui restaient étaient déjà couchés, et quand nous avons ouvert la porte, bien sûr, personne n’était là. Voici le kicker; tous les soirs avant que sa mère ne se couche, elle frappait à sa porte deux fois.

À ce jour, nous jurons tous que c’était elle qui lui disait qu’elle allait bien et qu’elle lui disait au revoir.

–  Franklin_DeTurtle

2. « Vous allez très bien, et merci. »

Pas moi, mais un de mes amis a vécu une telle expérience. Son frère est décédé de façon inattendue, laissant sa famille dans une petite crise financière. Mon amie a dû prendre les choses en main pendant un moment pendant que la veuve se ressaisissait et pouvait maîtriser son chagrin, ses finances et faire face aux enfants.

Un soir après une visite avec la famille, mon ami était couché dans son lit, vraiment inquiet et bouleversé. En faisait-elle assez? Est-ce que tout allait être réglé? Beaucoup d’inquiétude et bien sûr de tristesse. Mon amie avait perdu un frère dont elle était très proche.

Alors qu’elle restait allongée là à réfléchir et à s’inquiéter, elle sentit quelqu’un s’asseoir sur le lit et lui tapoter doucement le bras. C’était une tape très rassurante et elle avait l’impression que c’était son frère qui disait: «Tu vas très bien, et merci.»

–  Maxwyfe

3. Nous ne l’avons pas cru

Après la mort de mon grand-père, ma grand-mère a dit qu’elle pouvait sentir quelqu’un se coucher avec elle presque tous les soirs, mais nous ne la croyions pas. Un soir, je regardais la télévision dans le salon essayant de m’endormir quand j’ai entendu des pas dans le couloir menant à la chambre de ma grand-mère. J’ai regardé dans le couloir et je n’ai vu personne, et cela s’est produit pendant probablement une minute. Immédiatement après l’arrêt des pas, le téléviseur s’est éteint. Je suis resté éveillé pendant environ une heure mais je n’ai rien entendu par la suite.

– croissants et  crêpes1

4. La femme à la robe bleue

Mes parents venaient d’avoir leur premier enfant, ma sœur aînée, Cathy. Ils vivaient en Italie à l’époque (mon père était dans l’armée de l’air) et l’avaient ramenée aux États-Unis pour la présenter aux grands-parents (les parents de mon père). Alors leur première nuit là-bas, ma mère dormait dans la chambre avant, en décalage horaire. Mon père était sorti pour sortir avec ses frères. Et au milieu de la nuit, cette femme entre dans la chambre de ma mère, la réveillant. Elle s’assied sur le lit et dit: «Chut, c’est bon! Je voulais juste vous souhaiter la bienvenue dans la famille. Ma mère avait peur, évidemment, mais a pensé que c’était un parent ou un ami de la famille ou quelque chose qui est venu. La femme se dirige vers le berceau où dormait ma petite sœur. « Est-ce votre fille? » Ma mère hocha la tête. « Elle est belle! Je suis ravi de vous rencontrer tous les deux. Et puis elle part.

Ma mère se réveille le lendemain et prend le petit déjeuner avec ma grand-mère quand elle en parle. «Qui est la femme qui est venue la nuit dernière?» Ma grand-mère n’avait aucune idée de ce dont elle parlait. Ma mère lui a raconté toute l’histoire et ma grand-mère a demandé à quoi elle ressemblait. Ma mère a dit: «Elle était grande, avait de longs cheveux blancs et portait une robe bleue.» Le visage de ma grand-mère était aussi blanc qu’un drap. Elle a fouillé quelques vieilles photos et en a sorti une. «C’est elle? elle a demandé à ma mère qui a hoché la tête en retour. «C’est MA mère! Elle est morte depuis 20 ans et nous l’avons enterrée dans une robe bleue.

–  fondéHartford

5. « Je ne sais pas comment dire ceci »

Mon oncle est décédé en août 2010. Juste avant sa mort, peut-être une semaine ou deux? Nous plaisantions à ce sujet et j’ai dit: «Je me demande s’ils (les fantômes) peuvent nous voir sur les toilettes?». Il a répondu «Je ne sais pas, mon pote», la conversation s’est terminée et il est décédé une semaine ou deux plus tard d’une insuffisance cardiaque à l’improviste. Il était comme mon père et cela m’a détruit en conséquence. J’ai un ami qui prétend être un médium mais je n’y ai jamais vraiment pensé. Un soir, elle m’appelle à 3 heures du matin et me dit «ton oncle veut que je te dise quelque chose… je ne sais pas comment le dire mais voici mon meilleur essai… je peux te voir sur les toilettes, mon pote» je littéralement perdu. Je ne sais pas comment je voulais y réagir parce qu’au début je pensais qu’elle se moquait de ça, mais il avait cette façon particulière de prononcer «Buddy» pour que cela sonnait comme une prononciation tirée de «corps».

Je ne sais toujours pas quoi faire avec ces informations.

– Non, non ,  Anthony

6. « Ça va aller »

Mon père était à l’hôpital après avoir subi un très grave accident vasculaire cérébral. Rien de ce qu’il a dit n’avait de sens. Je m’appelais ldkjflkja, je… tu comprends ce que je dis, c’était mauvais. Sa petite amie Nikki, qui m’a raconté l’histoire, était dans la pièce vers sept heures du matin quand tout à coup, il sort d’un sommeil et s’assied. Il regarde dans le coin supérieur de la pièce et parle dans un anglais parfaitement sonore. « Ça va aller, je vais prendre soin d’elle. »

C’était le premier anniversaire de la mort de la mère de Nikki. Pour couronner le tout, sa mère est décédée dans ce même hôpital.

–  pens_train

7. La nouvelle arrivée

Deux jours après la mort de mon grand-père, le gardien de sécurité du quartier frappe à notre porte un dimanche matin. Il nous a dit: «Un vieil homme est venu chez vous plus tôt, a frappé à votre porte pendant une demi-heure et est finalement parti. Quand je lui ai demandé ce qu’il voulait, il m’a dit qu’il avait besoin de dire au revoir à quelqu’un qu’il n’avait jamais eu la chance de rencontrer ». Nous étions tous stupéfaits, n’avions aucune idée de qui était ce vieil homme, ni de qui il cherchait. Quand le garde est entré, il a crié « C’est le vieil homme !! » montrant une photo de mon grand-père. Ma famille entière s’est figée pendant une minute.

Je ne suis pas sûr à 100% si le garde disait la vérité, mais j’aime presque croire que mon grand-père voulait dire au revoir à ma sœur nouveau-née, avant de se reposer en paix.

–  CrisThompson7

8. Les rideaux verts

Cela est arrivé à mon oncle avant d’épouser ma tante et de faire partie de notre famille. Il a vécu avec sa précédente épouse et ses deux enfants dans une maison pendant la majeure partie de leur vie, et sa femme est soudainement tombée malade en phase terminale et est décédée quelques mois plus tard. Tout au long de sa vie, elle était une personne très gentille, mais elle détestait plus que tout les rideaux verts de leur salon. Elle s’excusait à leur sujet lorsque les invités venaient, parlait de combien elle les détestait chaque fois qu’ils allaient dans les magasins de rénovation et essayait de les garder hors de vue autant que possible. Je ne sais pas pourquoi elle ou mon oncle n’a jamais voulu les changer; aurait pu être des problèmes financiers, des distractions, ne pas trouver ceux qui leur plaisaient, etc. Les rideaux verts sont restés.

La nuit de sa mort, mon oncle et ses enfants ont passé la nuit avec elle à l’hôpital et sont rentrés chez eux le lendemain matin. Ils ont dit qu’après avoir été dans la maison en silence pendant environ une heure, ces rideaux verts se sont écrasés au sol. Mon oncle et mes cousins ​​ne savaient pas s’ils devaient être absolument terrifiés ou rire. Ils les ont immédiatement jetés à la poubelle et en ont ensuite choisi de nouveaux qu’ils pensaient qu’elle aimerait. Je n’ai aucun doute qu’elle a pris sur elle de se débarrasser enfin de ces rideaux.

–  jacandsally

9. « Je suis désolé de l’avoir fait pleurer »

Ma fille est née avec une trachéomalacie légère (pipe à vent doux). Le seul «problème» que cela ait causé était qu’elle émettait parfois un sifflement lorsqu’elle respirait, surtout lorsqu’elle était excitée ou bouleversée. Avance rapide jusqu’à l’âge de 4 mois environ et endormie dans son berceau un soir. Son frère aîné avait la grippe intestinale ce jour-là et avait vomi. Nous pensions que le bébé ne l’avait pas attrapé. Mais, peu de temps après l’avoir mise au lit, nous l’avons soudainement entendue bégayer doucement sur le moniteur, puis silence pendant quelques secondes, puis un ÉNORME gémissement fort, ce qui a fait que mon mari et moi avons couru encore plus vite vers sa chambre. Au moment où nous sommes arrivés à elle, elle était redevenue silencieuse. Nous avons vu qu’elle était à bout de souffle, suffoquée, incapable d’éliminer le vomi de sa gorge ou de respirer proprement. Même après que nous l’avons ramassée et éclairci sa bouche, elle a continué à haleter. Elle est devenue bleue, puis grise alors que je conduisais rapidement avec elle aux urgences. Elle s’était partiellement rétablie au moment où nous sommes arrivés. Ils lui ont donné de l’O2, une radiographie thoracique, puis une facture propre et nous sommes partis.

Avance rapide environ deux heures plus tard, quand je suis de retour dans ma chambre avec elle endormie dans un siège bébé à côté de moi sur le lit. Mon mari et moi avons brièvement parlé de ce qui se serait passé si le bébé n’avait pas crié si fort. Aurions-nous réagi si rapidement? Aurait-elle récupéré?

Je dors et je dors moi-même parce que je la surveillais sans cesse. Une des fois, juste avant de me réveiller complètement, j’ai regardé dans le couloir et j’ai vu mon grand-père, qui était décédé quelques années auparavant. De son vivant, il n’était pas le grand-père le plus impliqué. Bref, je le vois dans le couloir cette nuit. Il est juste là, vêtu de kakis et d’un polo, les mains dans les poches. Dans mon état de rêve, je vois tous mes enfants, sauf le bébé, tirer sur ses bras et jouer avec lui. Il a un simple sourire sur son visage, il regarde vers la chambre du bébé et de nouveau vers moi et dit: « Je suis désolé de l’avoir fait pleurer, mais je suis content qu’elle va bien. »

–  altruitis

10. Buster le chat

Quand j’avais 6 ans, j’avais un chat nommé Buster. Buster était en fait le chat de mon beau-père, mais comme je n’avais jamais eu de chat auparavant, je l’ai revendiqué comme le mien. Qu’il suffise de dire que Buster n’aimait pas être tout le temps étreint et choyé par un petit enfant, alors il me détestait. Il m’a évité à tout prix. Il était aussi un chat d’extérieur, donc il passait souvent la plupart de ses journées à l’extérieur et venait ensuite passer la nuit.

Une nuit, Buster n’est pas rentré dans la maison. Nous le nourrissions habituellement la nuit, j’étais donc inquiète. Notre région était également réputée pour son abondance de coyotes. Mes parents étaient un peu silencieux à propos de la disparition de Buster, mais je n’ai pas compris. Cette nuit-là, alors que je m’endormais, Buster a sauté sur mon lit. Il s’est allongé près de ma tête et m’a laissé le caresser jusqu’à ce que je m’endorme. Honnêtement, j’ai été choqué parce qu’il n’avait jamais fait ça auparavant.

Le lendemain matin, je suis descendu triomphalement et j’ai raconté à mes parents que Buster m’aimait maintenant parce qu’il dormait dans mon lit pendant la nuit. Mes parents m’ont regardé avec curiosité et m’ont fait asseoir à la table du petit-déjeuner pour me faire savoir que pendant qu’ils étaient dehors la nuit précédente, ils avaient trouvé le corps de Buster dans l’allée derrière notre maison. Ils pensaient qu’il avait été harcelé par un coyote. Mais, il était mort, donc il n’aurait pas pu dormir dans mon lit cette nuit-là.

À ce jour, j’aime penser que Buster voulait juste dire au revoir et me remercier d’avoir essayé de l’aimer de la seule manière qu’un enfant savait faire.

–  gutenmorgenbaltimore

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : OCCULTMUSEUM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *