Découvrez les enlèvements extraterrestres: des années 1970 aux années 1990

J’ai pensé partager avec vous quelques-unes des principales figures du domaine des enlèvements à partir des années 1970. La personne qui a en grande partie, et presque à elle seule, lancé la première partie de cette histoire de manipulation génétique de la race humaine par des extraterrestres avancés, était un peintre né en Virginie nommé Budd Hopkins .

C’était le livre de Hopkins de 1981, Missing Time, qui a vraiment placé le chat parmi les pigeons, même si Hopkins avait travaillé sur le terrain dans les années 1970. Les histoires d’enlèvement de Betty et Barney Hill, Travis Walton, Herbert Schirmer, et Charles Hickson et Calvin Parker étaient indéniablement fascinantes et elles ont assurément incité la communauté de recherche sur les ovnis à s’asseoir et à prendre note de quelque chose d’étonnant: des gens étaient kidnappés et soumis à des intrusions intrusives. et des procédures médicales effrayantes par des créatures d’autres mondes. Il y a, cependant, une question importante qui doit être soulignée, et qui montre comment et pourquoi l’ampleur du phénomène des enlèvements extraterrestres est restée sous-estimée jusqu’à ce que Hopkins soit sur les lieux à la fin des années 70 et au début des années 80.

Budd Hopkins

Le cas de Hill s’est produit en 1961. Herbert Schirmer a été embarqué à bord d’un OVNI en 1967. L’enlèvement de Hickson et Parker a eu lieu en 1973. Et Travis Walton a été emmené en 1975. Cela ne représente que quatre cas en quatorze ans. Oui, il y a eu d’autres enlèvements, moins bien profilés, tout au long de cette période; mais, l’image que ces incidents provoquaient était celle qui suggérait que les enlèvements étaient des choses qui ne se produisaient que de temps en temps. Pour beaucoup, ce n’était pas un cas d’étrangers enlevant régulièrement des personnes, partout sur la planète. Eh bien, en fait… ça l’était . Mais c’est Hopkins, dont les recherches sur les enlèvements ont commencé en 1976 que nous devons remercier d’avoir démontré que ce qui semblait être quelques événements aléatoires n’était en fait rien de la sorte. Pour Hopkins, c’était une véritable épidémie.

Plus inquiétant encore, les travaux de Hopkins ont montré que, dans de nombreux cas, les enlèvements ne commençaient pas lorsque les gens mûrissaient et étaient adultes. Ils ont commencé dans les années formatrices de l’enfance et ont très souvent traversé de nombreuses générations des mêmes familles. Dans certains cas, a découvert Hopkins, des personnes étaient implantées avec de petits appareils – à des fins que personne ne pouvait déterminer. Peut-être qu’ils ont été conçus pour marquer les gens, permettant aux extraterrestres de suivre les personnes enlevées tout au long de leur vie, et peu importe où ils pourraient déménager sur la planète. Une théorie bien plus sinistre était que les implants étaient conçus pour ne rien faire de moins que de modifier le comportement des abductés. En un rien de temps, les jours de Betty et Barney Hill ont été renversés par la peur des candidats mandchous orchestrés par des extraterrestres et des abductés sous contrôle hypnotique.

Les premiers travaux de Hopkins, tels que publiés dans Missing Time en 1981, ont également semé les graines pour autre chose: une suspicion profonde et lancinante qu’une partie de l’agenda des enlèvements extraterrestres – et, peut-être, tout cela – était basée sur des questions de reproduction. la nature. Hopkins a demandé à ce sujet: «Et si les occupants d’OVNI prennentquelque chose de leurs captifs? Il a répondu à sa propre question par ce qui suit: «Nous pouvons en effet posséder quelque chose – une ressource naturelle, un élément, une structure génétique – qu’une culture étrangère pourrait souhaiter utiliser, par exemple, comme matière première. Hopkins avait peut-être raison sur sa cible avec ses références à une «structure génétique» et à une «matière première». Le livre de Hopkins s’est avéré être un sujet de discussion majeur dans le domaine de l’ufologie et a fermement préparé le terrain pour ce qui allait suivre.

Budd Hopkins a continué d’enquêter de manière intensive sur les allégations d’enlèvement par des extraterrestres dans les années 1980, et dans la mesure où un modèle clair d’empreintes ADN, l’extraction d’ovules et de spermatozoïdes sur des personnes enlevées et des soupçons d’une opération massive menée par des extraterrestres pour utiliser la race humaine dans un vaste programme axé sur la génétique a pris forme. Mais c’est en 1987 que les choses se sont vraiment arrêtées. Cette année-là, le livre de suivi de Hopkins, Intruders , a été publié et racontait l’histoire de l’enlèvement extraterrestre Kathie Davies. C’était un livre qui renforçait les scénarios détaillés dans Missing Time . Hopkins a poursuivi ses recherches et est décédé en 2011.

Les années 90 ont vu le phénomène des enlèvements extraterrestres atteindre des proportions stratosphériques positives. Une grande partie de cela a été à la suite de deux hommes: John E. Mack, MD et David M. Jacobs, Ph.D. . Il faut dire, cependant, qu’ils ont amené sur la table des concepts et des réflexions très différents. Mack, un auteur lauréat du prix Pulitzer (d’un livre sur TE Lawrence, mieux connu sous le nom de Lawrence d’Arabie) qui a été tué en 2004, à Londres, en Angleterre, par un conducteur ivre, un samedi soir sombre, a écrit deux livres qui a laissé une grande marque sur l’ufologie des années 1990. Leurs titres: Enlèvement et Passeport pour le Cosmos. Certes, l’une des principales raisons pour lesquelles les livres de Mack sont devenus de tels sujets de discussion n’était pas seulement à cause de leur sujet. C’était parce que Mack était un professeur à la Harvard Medical School – et il parlait d’enlèvements extraterrestres du point de vue de leur réalité trop choquante. Inutile de dire que cela ne s’est pas bien passé avec les bigwigs à Harvard, et dans la mesure où, en mai 1994, le travail de Mack dans le domaine des enlèvements extraterrestres a été critiqué. Le résultat, le doyen de la Harvard Medical School a mis en place un groupe pour évaluer soigneusement la nature des soins cliniques donnés par Mack à son nombre croissant de personnes enlevées. Les conclusions du groupe étaient accablantes.

Dr John E. Mack, chercheur pionnier sur le phénomène des enlèvements.

Néanmoins, Mack a conservé son statut à Harvard et a continué son travail basé sur les enlèvements jusqu’au moment de sa mort. Là où Mack différait de tant d’autres chercheurs sur les ovnis qui étudiaient le phénomène, c’était du point de vue de la nature spirituelle de certains événements d’enlèvement. Mack était d’avis qu’il y avait un aspect spirituel profond dans le mystère, que les gens étaient transformés – de façon positive – par leurs expériences; il a noté qu’après l’enlèvement, ils développaient souvent des préoccupations au sujet de l’environnement, ils ont commencé à réfléchir à la question de la vie après la mort, au karma et au destin, et à la nature de l’âme humaine, et ils ont vécu des expériences hors du corps et près de- événements de mort – dont ils sont revenus positivement transformés. Mack a dit:

Et puis il y avait le professeur David M. Jacobs . Avant d’aborder la question de Jacobs, il est à la fois important et pertinent de noter que les années 1980-1990 ont également été la période où un autre aspect de la tradition des enlèvements extraterrestres a atteint son apogée absolu. C’était la question de ce que l’on appelle désormais des «hybrides» extraterrestres-humains. Certes, tant le cas d’Antonio Villas Boas de 1957 que la rencontre de Betty et Barney Hill en 1961 suggéraient fortement qu’il y avait ce que nous pourrions appeler une «composante reproductrice» aux enlèvements. Le travail de Budd Hopkins, montrant que des ovules et du sperme étaient prélevés sur des Américains kidnappés, renforçait encore plus cette théorie particulière. Tout cela, cependant, a été éclipsé par la montée des hybrides.

Au fur et à mesure que les années 1990 avançaient, des récits controversés et même effrayants ont fait surface de personnes enlevées par des extraterrestres rencontrant – généralement à bord des OVNIS – de jeunes enfants qui donnaient toutes les apparences d’être mi-humains et mi-extraterrestres, et spécifiquement de type «gris». Ils avaient l’ air humains, mais il y avait certaines choses qui… n’étaient tout simplement pas correctes . Leur peau était pâle, presque au point d’apparaître anémique. Leurs membres étaient minces, osseux et d’apparence fragile. Leurs yeux étaient trop grands et visiblement en forme d’ovale ou d’amande, exactement comme ceux des Gris. Leurs cheveux étaient fins et vaporeux. Et ce ne sont pas seulement des enfants hybrides que les personnes enlevées ont déclaré avoir rencontré: c’était des fœtus hybrides, trop. Dans de tels cas, des témoins ont affirmé avoir vu de tels fœtus grandir – dans d’énormes réservoirs en verre remplis de liquide laiteux.

L’implication était, pour certains, terrifiante: les extraterrestres créaient des créatures qui nous ressemblaient (à condition qu’on ne les regarde pas de trop près), qui pouvaient passer pour nous, qui pouvaient se déplacer parmi nous, et qui pourraient même avoir un agenda de nous infiltrant – et oui , je veux dire cela d’un point de vue sinistre et potentiellement hostile. Il y a autre chose aussi: les hybrides étaient les équivalents modernes indéniables des soi-disant «Changelings» de la tradition irlandaise séculaire concernant les fées – des choses créées par les tout-petits et qui ont été conçues pour remplacer les bébés arrachés la nuit et battus loin au domaine des fées.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : MYSTERIOUSUNIVERSE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *