Le côté obscur de Walt Disney (vidéos)

Derrière les dessins animés les plus appréciés de Walt Disney se cache une fascination pour le surnaturel.

Il est facile de manquer à quel point le surnaturel de Walt Disney a été profondément influencé et combien d’histoires qu’il a choisi de raconter se trouvaient sur un fondement de la magie et de l’autre monde. Des premiers courts métrages animés à TOUTES les fonctionnalités basées sur les contes de fées (pensez Blanche-Neige , Pinocchio , Cendrillon , La Belle au bois dormant ), Disney a dépeint les actions effrayantes de sorcières, de sorciers, de fées, de démons, de fantômes, d’êtres mythologiques, et même d’animer des squelettes comme des faits de la vie évidents, ou du moins des possibilités qui ne nécessitent pas d’explication.

Disney était également un amoureux d’Halloween, un défenseur de la célébration, ou du moins de la reconnaissance, d’une réalité plus profonde et plus sombre au-delà de la portée de la vie moderne quotidienne. Datant de 1929, la toute première symphonie idiote de Walt Disney était la «danse squelette» profondément effrayante et sombre, qui contient pratiquement tous les symboles d’Halloween: vent animé, arbre malveillant, hibou, chauves-souris à crocs, araignée, cimetière, pleine lune , des chats noirs et, bien sûr, des squelettes dansants – en cinq minutes et demie puissantes.

La même année, Mickey Mouse a visité une «maison hantée» très effrayante.

«Night on Bald Mountain», un segment de onze minutes et demie du superbe mélange d’animation et de musique classique de Disney, Fantasia  (1941), présente un ensemble d’images aussi sombre que celui qui existe dans la culture pop de masse dès le début. un démon imminent, cornu et ailé invoque des spectres squelettiques des enfers à lui-même depuis le sommet de Bald Mountain dans une frénésie de réjouissances nocturnes.

Mickey, Donald et Goofy sont des «exterminateurs de fantômes» qui s’attaquent aux esprits méprisants dans «The Lonesome Ghosts» de 1937.

Donald Duck fait face aux coutumes d’Halloween, en particulier, l’aspect «truc» de «Trick Or Treat» dans le 1952 court du même nom que Huey, Dewey et Louie sont incités à un comportement ennuyeux par Witch Hazel.

Le segment « Legend of Sleepy Hollow » de The Adventures of Ichabod and Mr. Toad  ( 1949) est particulièrement puissant , dans lequel le conte d’Halloween de Washington Irving impliquant un maître d’école maigre et superstitieux, un terrifiant cavalier sans tête, un pont fatidique et un jack o ‘ la lanterne prend une vie évocatrice.

Ce ne sont là qu’un échantillon des visions sombres qui ont fourni de l’ombre à la lumière tant vantée de Disney et ont joué un rôle clé dans la diffusion des conventions d’Halloween aux États-Unis et dans le monde pendant le règne de Walt des années 20 aux années 60.

Enfin, de nombreux rapports font état de la hantise des parcs à thème Disney, en particulier le Disneyland original. Il y a le garçon fantôme (naturellement) de Haunted Mansion; les invités déposent les cendres du défunt dans le parc; de nombreux invités et employés fantomatiques , comme le travailleur de la construction George, qui hanterait Pirates des Caraïbes; et même le fantôme du vieux Walt lui-même a été repéré dans le lieu le plus heureux de la Terre.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : LINEUP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.