Ethel Geller Yeldem : La mère qui a tué 7 de ses 10 enfants

Cette histoire est particulièrement sombre. Si vous avez une faible tolérance pour des sujets extrêmement dérangeants, il n’est pas conseillé de lire ceci! ATTENTION!

À 22 heures, le 28 août 1922, Ethel Geller Yeldem se préparait à monter dans un tramway à l’entrée sud-ouest de l’Ohio State Fairgrounds. Pendant qu’elle le faisait, elle remarqua un petit boîtier rectangulaire allongé sur le trottoir.

Une fois installée dans son siège, elle ouvrit la boîte et découvrit qu’elle contenait une paire de lunettes très chère. Ethel voulait faire ce qu’il fallait, alors elle s’est mise à la recherche des propriétaires du spectacle.

Ethel Geller
Ethel Geller

Elle a répondu aux publicités perdues et trouvées, puis a placé et publié l’une des siens. Après un certain temps sans qu’un propriétaire se soit présenté, Ethel a estimé que les lunettes avaient appartenu à un visiteur de la foire et, avec de nouvelles tentatives pour réunir l’objet avec le propriétaire semblant futile, a rangé les verres dans un tiroir et, ainsi, a mis l’affaire au lit. .

Il ne devrait que sembler approprié qu’Ethel ait tenté de rendre les lunettes – tout comme l’amour et la camaraderie lui ont été rendus par une jolie travailleuse amérindienne nommée Darby Yedlem l’année suivant la crise cardiaque mortelle de son premier mari.

Dire que le mariage du couple était intime serait un euphémisme. Ethel était en état de grossesse perpétuelle depuis leur mariage et, à vrai dire, même quelques mois auparavant.

Ensemble, les deux ont passé les sept années suivantes à remplir leur modeste maison du côté ouest jusqu’aux chevrons avec le même nombre d’enfants. Ajoutez au total quatre autres enfants de son précédent mariage et vous pouvez imaginer à quel point Ethel a dû être une femme épuisée et à quel point la maison est chaotique.

Puis, en 1925, les choses ont commencé à mal tourner pour les Yeldem. Très mal.

Cela a commencé quand Ethel a découvert que Darby avait agressé sa fille aînée, Mildred. Au cours de son procès, il a également été révélé que Darby était en fait un Afro-américain plutôt qu’un Amérindien et que son vrai nom de famille était Medley. Il avait épelé son nom de famille à l’envers et menti au sujet de son appartenance ethnique pour tenter de dissimuler son casier judiciaire antérieur.

Alors que ces événements se révélaient, Ethel a été frappée d’un autre coup lorsque son bébé de dix mois, Walter, est mort du choléra infantum.

1926 n’était pas mieux. En juillet de la même année, Elaine, âgée de huit ans, a couru dans la rue pour courir après une balle et a été heurtée par une voiture. Son crâne a été fracturé et six de ses côtes ont été brisées, mais avec le temps, elle s’est rétablie. En décembre, Darby a finalement été condamné à dix ans dans le pénitencier de l’Ohio pour avoir abusé sexuellement de Mildred.

Bien que cela ait dû donner du réconfort à la famille, cela signifiait également qu’Ethel devait trouver un moyen de survivre avec les maigres revenus qu’elle pouvait tirer en lavant des vêtements et en vendant des journaux au coin des rues State et High.

Incroyablement, sa fille Mildred a non seulement détenu les honneurs académiques et sportifs tout au long du traumatisme et de la tourmente, mais elle a également pu aider à soutenir la famille lorsqu’elle a été embauchée à l’hôpital Mount Carmel comme étudiante infirmière. Si seulement c’était tout ce qu’elle aurait à supporter.

Avec le recul, le printemps n’aurait pas pu être une période heureuse de l’année pour Ethel. C’est en avril 1918 que son premier mari, Otto, a subi une crise cardiaque mortelle alors qu’il nettoyait un gril à l’usine de fabrication de Jeffery dans le village italien. C’est en mars 1919 qu’elle épousa Darby Yeldem.

C’est en avril 1925 que Darby a violé la fille de 13 ans d’Ethel, Mildred. C’est en mai 1928 que la police a rendu Vernon, âgé de dix ans, après qu’il ait marché jusqu’à Dayton pour s’éloigner de la maison que sa mère a travaillé si dur pour subvenir à ses besoins.

Dès la première semaine de mai 1930, la lutte pour élever sa famille devint une trop grande tension pour Ethel. Le matin du 6 mai, elle a dit à une voisine qu’elle pourrait devoir arrêter ce qu’elle faisait et se rendre au cimetière Green Lawn dès qu’elle était sur le point d’abandonner. La voisine n’a pas pris le commentaire au sérieux et lui a dit de «se préparer».

Ce jour-là était nouveau pour les enfants Yeldem. Malgré le budget serré de la famille, Ethel leur a acheté chaque nouvelle tenue vestimentaire et, plutôt que d’aller à l’école, ils se sont rendus en taxi au Baker Art Studio où ils ont fait prendre un portrait de famille.

Ensuite, ils sont rentrés chez eux et ont pris un repas inhabituellement extravagant. Après le dîner, Mildred est partie travailler à l’hôpital Mount Carmel et les deux autres enfants du premier mariage d’Ethel, Vernon et Ervan, ont été envoyés voir un film au théâtre de l’Ohio.

Vers 16 heures, un voisin est venu utiliser le téléphone et a remarqué qu’Ethel semblait inquiète à propos de quelque chose. Elle a également remarqué qu’Ethel jetait les restes non consommés du souper, une chose inhabituelle pour quelqu’un dans sa situation financière.

Après le départ du voisin, Ethel a dit aux enfants qu’ils partaient en vacances le lendemain et qu’ils devraient se retirer tôt ce soir-là pour se reposer correctement pour le voyage. Ethel a alors demandé aux enfants d’attendre qu’elle les appelle chacun pour monter et se préparer à aller au lit.

Un à la fois, chaque enfant montait les escaliers où leur mère les baignait, les habillait de leurs chemises de nuit, se peignait avec amour les cheveux, puis prenait un fusil enveloppé dans une serviette et leur tirait une balle dans le cœur. Après avoir assassiné chaque enfant, elle a soigneusement étendu leurs corps sur des matelas dans la chambre à coucher avant.

Le dernier enfant à monter était Elaine, dix ans. Une fois qu’elle a réalisé ce qui se passait, elle a réussi à s’échapper par une fenêtre sur le toit du porche arrière.

Un groupe de garçons jouant au baseball dans le terrain vague voisin a vu Elaine, vêtue uniquement de ses sous-vêtements, criant «Meurtre! Meurtre! Mère nous tue tous! Puis ils ont vu le bras de la femme se tendre pour attraper la fille qui hurlait et la ramener dans la maison par la fenêtre. Pensant qu’Elaine venait juste de se faire «lécher», les garçons haussèrent les épaules et continuèrent leur jeu.

Quelques instants plus tard, Mildred est revenue du travail et a entendu des pleurs venant de l’étage. Lorsqu’elle a appelé pour voir si tout allait bien, Ethel a répondu qu’elle venait de punir l’une des plus jeunes filles. Puis elle a demandé à Mildred de courir au magasin du coin pour des timbres.

A peine Mildred était partie qu’Ervan rentrait du théâtre. En franchissant la porte, il entendit des gémissements de douleur venant du deuxième étage et se précipita dans les escaliers pour voir ce qui n’allait pas. Là, il trouva sa mère encore en vie mais avec sa chemise couverte de sang d’une blessure par balle à la poitrine et un fusil à ses côtés. Le cadavre de sa petite sœur, Elaine, était également dans la pièce.

Instinctivement, Ervan courut crier à l’aide de la fenêtre de la chambre avant. L’horreur qui l’attendait là-bas dépassait son imagination. La vue des corps de ses six plus jeunes frères et sœurs posés sur les lits était presque paralysante.

Alors qu’il se battait pour crier à l’aide à travers les larmes et les halètements d’air, Mildred se tenait dehors, le livre de timbres glissant de sa main sur le trottoir alors qu’elle traitait ce qu’elle entendait.

Une fois la police et les ambulances arrivées, on a découvert qu’Ethel avait laissé la note suivante:

«Mildred, Ervan et Vernon:

Ne pensez pas trop à la mère pour cela s’il vous plaît. Essayez toujours de faire ce qui est juste. Écoutez les anciens conseils. Ce sera toujours pour votre bien ce qui vous est dit. Je suis tellement fatiguée que je ne peux plus continuer et personne pour s’occuper du reste, c’est pourquoi je les emmène avec moi. Je veux que tu ailles à l’église, fais ce qu’on te dit et essaie de vivre ça.

Au revoir,
maman.

Mais Ethel n’est pas morte. La balle s’était approchée mais avait raté son cœur et les médecins étaient certains qu’avec le temps elle se rétablirait complètement. Les détectives de la police l’ont suppliée de parler, mais elle a refusé de répondre aux questions et n’a prononcé que des appels à peine audibles pour être laissée seule.

Le 8 mai, alors que ses sept enfants tués étaient descendus dans leur fosse commune à Union Cemetery, elle s’est débattue sur son lit d’hôpital avec angoisse. Les deux plus jeunes enfants, Alan et Alice, trois ans, y ont été enterrés ensemble dans un seul cercueil.

Le 16 mai, Ethel se plaignit de douleurs thoraciques, puis quelques instants plus tard, il eut son dernier souhait malgré son pronostic et mourut d’une hémorragie interne. Elle a été enterrée à côté de ses enfants au cimetière Union. Les plans pour ériger une pierre tombale sur la tombe ne se sont jamais concrétisés et aujourd’hui, il apparaît comme une parcelle d’herbe vide.

Après la tragédie, on a découvert qu’Ethel avait écrit une lettre à Darby l’informant qu’elle allait tuer leurs enfants, mais sa livraison a été ralentie par le processus de vérification du courrier du pénitencier et elle n’a été reçue que bien trop tard.

En 2012, la maison où les meurtres ont eu lieu a été démolie dans le cadre de l’initiative de la ville sur les propriétés vacantes et abandonnées. Aujourd’hui, seules les étapes concrètes restent comme un rappel subtil de la maison qui était autrefois là, où le désespoir de ne pas en avoir assez a conduit une mère autrement aimante à faire l’impensable.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *