Observations de serpents célestes : Quand des témoins raconte l’incroyable

Les histoires sur Sky Serpents apparaissent pour la première fois dans des sources médiévales. Dans les siècles précédents, ces choses étaient appelées dragons, sujet d’une partie du folklore international, de la mythologie et même (parfois) des rapports d’observation.

Certains serpents célestes ressemblent beaucoup à des serpents ordinaires, sauf qu’ils sont énormes et au mauvais endroit. D’autres serpents célestes ont des caractéristiques de dragon, notamment la capacité de cracher du feu ou des éclairs.

La première observation rapportée, selon la Chronique anglo-saxonne, a eu lieu en 793 après JC: «C’étaient des éclairs exceptionnels, et des dragons de feu ont été vus voler dans les airs, et ont rapidement suivi une grande famine. Dix-neuf ans plus tôt, en 774, «des signes rouges sont apparus dans le ciel après le coucher du soleil, et d’horribles serpents ont été vus dans le Sudsexe, avec une grande stupéfaction», a écrit Henry, archidiacre de Huntington, dans Historia Anglorum.

En avril 1388, un «dragon volant a été vu… dans de nombreux endroits», selon le Knighton’s Continuator. Le 5 décembre 1762, un «serpent tordu» illumina le ciel alors qu’il descendait lentement et disparaissait au-dessus de Bideford, Devonshire, Angleterre. C’était visible pendant six minutes.

Au milieu des années 1800, les colons du Nebraska ont affirmé avoir été témoins de sites tout aussi bizarres. L’historienne occidentale Mari Sandoz a noté: «À l’époque difficile de 1857–1858, il y avait des histoires d’un serpent volant qui planait au-dessus d’un bateau à vapeur du Missouri ralentissant pour un atterrissage.

À la fin du crépuscule, c’était comme un grand serpent ondulant, entrant et sortant des nuages ​​qui s’abaissaient, respirant du feu, semblait-il, avec des stries lumineuses le long des côtés. Une ballade folklorique à la frontière de la période fait référence à un «moteur volant / Sans aile ni roue / Il est venu a-rugir ‘dans le ciel / Avec des lumières sur le côté / Et des écailles comme une peau de serpent.

La référence à un «moteur volant» peut suggérer que l’objet était une sorte de machine surnaturelle plutôt qu’une créature vivante, mais d’autres contes indiquent le contraire. En juin 1873, des agriculteurs près de Bonham, au Texas, virent un «énorme serpent» dans un nuage, affirma la Bonham Enterprise, et furent – sans surprise – «sérieusement effrayés». Le compte continue:

«Il semblait être aussi grand et aussi long qu’un poteau télégraphique, était de couleur jaune à rayures et semblait flotter sans effort.

«Ils pouvaient le voir s’enrouler, se retourner et pousser en avant son énorme tête comme s’il frappait quelque chose, affichant les manœuvres d’un véritable serpent. Le nuage et le serpent se sont déplacés vers l’est et ont été vus par des personnes à quelques kilomètres de ce côté de Honey Grove.

Quelques jours plus tard, dans son édition du 6 juillet 1873, le New York Times déclarait qu’il s’agissait du «pire cas de delirium tremens jamais enregistré». Il n’avait rien à dire, cependant, sur une autre manifestation, relatée dans un journal du Kansas, le Fort Scott Monitor, quelques jours plus tôt, le 27 juin:

«Un phénomène étrange et remarquable a été observé au lever du soleil hier matin… Lorsque le disque du soleil était à peu près à mi-chemin au-dessus de l’horizon, la forme d’un énorme serpent, de forme apparemment parfaite, a été clairement aperçue l’entourant et a été visible pendant quelques instants. « 

En 1882, des observations de serpent céleste ont été signalées dans le Gridley Herald. L’histoire a été racontée par deux bûcherons appelés Thomas Camp et Joseph Howard.

À 16 heures le 10 mars 1882, ils furent surpris par le bruit de nombreuses ailes battant dans les airs alors qu’ils coupaient du bois à cinq miles au nord-est de Hurleton, en Californie. Levant les yeux, ils virent – pas plus de 40 pieds au-dessus de la cime des arbres – une créature qui ressemblait à un crocodile.

Quand Howard a tiré un coup de fusil de chasse, les plombs ont tremblé comme s’ils avaient heurté une tôle de fer. La créature elle-même a poussé un «cri semblable à celui d’un veau et d’un ours combinés, mais n’a donné aucun signe d’être incommodé ou blessé». Un «certain nombre de Chinois» aurait également vu la chose. Le Herald a conclu le récit par une déclaration affirmant que Campbell et Howard étaient des «hommes fiables» qui devraient être pris au mot.

Une autre histoire de serpent du ciel vient d’un homme qui a signé lui-même «RB» dans une lettre à l’éditeur du Frederick News, un journal du Maryland, le 29 novembre 1883.

À 6 h 30, un matin, avoua-t-il, il se tenait au sommet d’une colline quand il vit, au-dessus de la montagne Catoctin, qu’un «monstrueux dragon avec des globes oculaires éblouissants, et la bouche grande ouverte affichant une langue, qui pendait comme une flamme de le feu de ses mâchoires, élevé et plongé.

Un court article du New York Times publié le 27 mai 1888 raconte l’histoire de trois sœurs du comté de Darlington, en Caroline du Sud, qui, en se promenant dans les bois, ont repéré un serpent sifflant de 15 pieds au-dessus de la cime des arbres.

La créature se déplaçait à la vitesse d’un faucon ou d’une buse. Le Times a noté que d’autres résidents de la région avaient signalé le même phénomène plus tôt dans la journée, sans toutefois fournir de détails.

John B.Rosa a rappelé une expérience de 1897 à Detroit dans une lettre de 1961 à un journal de la ville:

«En descendant Grand River pour mes papiers (le Morning Tribune), vers 4 heures du matin, le policier avec qui j’étais et j’ai vu un objet qui semblait mesurer environ trois pieds de diamètre. Il était à environ 1 000 pieds dans les airs et se dirigeait vers l’est. C’était une couleur argentée et avait une queue d’environ trois blocs de long.

Il a voyagé comme ces gros serpents de mer que vous lisez sur l’écrémage au-dessus de l’eau. Il a fait un faible sifflement que nous pouvions juste entendre. Mon père, qui quittait notre maison pour le travail, l’a également vu car il semblait passer juste au-dessus de notre maison sur Rivard entre Leland et Alexandrine.

Dans le livre de FWHoliday «The Dragon and the Disc» (1973), les anciens avaient raison: Nessies et leurs parents (Sky Serpents) sont des dragons au sens le plus littéral et traditionnel; ils sont surnaturels et mauvais. Il poursuit en reliant les dragons aux OVNIS, qui ont une sorte de relation symbiotique (reflétée dans de nombreuses religions anciennes) avec ces observations de créatures.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Sources: inexpliquées: «Observations étranges, événements incroyables et phénomènes physiques déroutants» par Jerome Clark

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *