Une nouvelle étude pourrait expliquer les longs serpents de mer bosselés et les monstres de lac

Les histoires de serpents marins et de monstres marins existent depuis que les humains sont montés sur une bûche pour flotter et ont décidé qu’il devait y avoir une meilleure façon de naviguer. Ils ont été représentés dans des histoires et des films, représentés sur des cartes et gravités vers des lacs, où quelques-uns ont atteint le statut de célébrité (nous vous regardons, Nessie!).

Et pourtant… il n’y a jamais eu d’explication plausible pour eux, en particulier les versions massivement longues et multiples de la tradition qui ne pouvaient pas être considérées comme des calamars géants, des dinosaures géants ou quoi que ce soit d’autre. Cela a changé récemment lorsqu’un chercheur a étudié des centaines de rapports historiques sur les serpents de mer autour des îles britanniques et a remarqué quelque chose que beaucoup de ces monstres marins à plusieurs bosses avaient en commun – quelque chose qui pourrait expliquer leur existence, même à l’époque moderne. Vous regardait-il aussi, Nessie?

Robert L. France, actuellement au Département des sciences des plantes, des aliments et de l’environnement de l’Université Dalhousie du Canada, a examiné plus de 200 récits de serpent de mer entre 1809 et 2000 provenant de journaux historiques, de revues scientifiques, de livres d’histoire naturelle, de textes de cryptozoologie et de témoignages sous serment. . Bien que la plupart des détails de chacun différaient considérablement, il a remarqué certains points communs – le corps était anormalement long, souvent jusqu’à 100 mètres (328 pieds); chacun avait de nombreuses bosses ou bobines qui apparaissaient simultanément au-dessus de la surface; la plupart avaient des cheveux ou des moustaches; leur mouvement était soit une nage rapide, soit des coups violents ou les deux. Tout cela suffisait à effrayer les anciens marins – et de nombreux marins modernes également – mais pas la France. Il a fait correspondre chacune de ces actions et descriptions à une «créature».

«La présente étude démontre qu’une analyse minutieuse des récits de témoins oculaires d’objets marins non identifiés qui, à l’époque, étaient censés être des serpents de mer – de la typologie« à bosse »ou« chaîne de bouées »- révèle en fait que la faune marine dans le Les îles britanniques ont été victimes d’enchevêtrement dans des engins de pêche pendant une période beaucoup plus longue qu’on ne le suppose habituellement. »

Déçu que ce ne soit pas une créature préhistorique errant encore dans les mers aujourd’hui? Nous devrions être plus bouleversés que ces enchevêtrements marins existent encore aujourd’hui en nombre inacceptable. Dans son étude dans la revue Fish and Fisheries , la France montre que ces observations ont augmenté à peu près au même moment que les équipages de pêche sont passés des petits filets à corde et des lignes courtes à des filets plus solides, plus denses et plus grands et des lignes plus longues attachées aux bouées à des lignes principalement synthétiques et filets. Comme Massive Scienceexplique, les filets et lignes de corde abandonnés ou perdus ont provoqué des enchevêtrements marins, mais ils étaient plus petits et parfois plus faciles pour les nombreux poissons liés ensemble à se libérer assez rapidement. Avec des filets plus gros, plus solides et finalement synthétiques, la libération rapide devenait presque impossible sans intervention, de sorte que les observations de longs filets enroulés autour de centaines de gros poissons et de baleines se battant et traînant des bouées pouvaient facilement être confondues avec des monstres marins ou lacustres.

L’enchevêtrement marin pourrait-il expliquer les monstres marins avant les années 1800? Définitivement. Les filets de corde ont été utilisés pendant des siècles (ils sont mentionnés dans le Nouveau Testament) et même les plus anciens pouvaient attacher des poissons, traîner des bûches avec eux et sembler être des monstres de loin. Les grands lacs qui signalent des monstres de lac abritent également de grandes industries de pêche avec de grands filets et des palangres.

Qu’est-ce que tout cela veut dire? Peut-être que le meilleur conseil à tirer de l’étude et de l’analyse de la France est que toute personne repérant un serpent de mer ou un monstre de lac devrait attendre avant d’appeler un site cryptid et en informer la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), qui dispose d’un Office des ressources protégées qui travaille avec des partenaires de réseau de lutte contre l’enchevêtrement et d’échouage à travers le pays pour libérer en toute sécurité les mammifères marins et les tortues de mer des enchevêtrements mortels, tout en recueillant des informations précieuses qui peuvent aider à réduire la fréquence et les effets des enchevêtrements à l’avenir.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : MYSTERIOUSUNIVERSE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *