Le projet MK ultra a t’il transformé l’Amérique en un lieu de culte immense

Lorsque l’étendue du programme d’espionnage domestique du gouvernement américain a été révélée, beaucoup ont été surpris et indignés: comment un gouvernement qui tient tant à la liberté de ses citoyens pourrait-il collecter secrètement des données sur son propre peuple?

Pourtant, malheureusement, ce n’est pas la première fois que l’Oncle Sam, sans permission ni préavis, recueille secrètement des informations sur son peuple et n’est même pas proche de la plus grande atrocité.

Pour cela, il existe de nombreux autres exemples, comme lorsque le gouvernement a intentionnellement empoisonné certains produits d’alcool qu’il savait que les gens boiraient, tuant plus de 10 000 citoyens américains et en rendant écœurant des milliers d’autres. (Malgré cela, le programme a continué pendant un certain temps, bien qu’il ait été vivement débattu au Congrès lorsque le nombre de morts a commencé à affluer.)

Un autre programme «intéressant» a eu lieu de 1953 à 1964, lorsque la Central Intelligence Agency (CIA) a mené des dizaines d’expériences sur les effets d’agents biologiques et chimiques sur les citoyens américains à leur insu dans le cadre du projet MKUltra. Ces tests cachés incluaient la soumission des sujets involontaires à des drogues hallucinogènes et à d’autres produits chimiques, entre autres.

Il est difficile de trouver des documents officiels sur ce programme; cependant, en 1976 et 1977, le Sénat américain a mené des enquêtes et a même tenu une audition en comité mixte sur le projet MKUltra, puis a publié une grande partie de ce qui avait été découvert; vous ne croirez pas ce qu’ils ont découvert.

Objectif de MKULtra

Selon le rapport d’audience, le projet visait à «développer une capacité dans l’utilisation secrète de matériaux biologiques et chimiques». [1] La motivation était également défensive, en ce que beaucoup avaient peur pendant la guerre froide que les Russes et les Chinois avaient déjà développé des armes dans ce domaine. Comme l’ont noté les promoteurs du projet:

Le développement d’une capacité globale dans ce domaine de la guerre chimique et biologique secrète nous donne une connaissance approfondie du potentiel théorique de l’ennemi, nous permettant ainsi de nous défendre contre un ennemi qui pourrait ne pas être aussi restreint que nous dans l’utilisation de ces techniques. .

MK ultra

Officiellement autorisé en 1953, en 1955, le fluage du projet avait élargi l’autorité de la CIA sous MKUltra pour inclure ce qui suit:

Découverte des matériels et méthodes suivants [y compris ceux]:

– qui favorisera l’effet enivrant de l’alcool;
– qui rendra plus facile l’induction de l’hypnose ou améliorera d’une autre manière son utilité;
– qui renforcera la capacité des individus à résister à la privation, à la torture et à la coercition pendant les interrogatoires et ce qu’on appelle le «lavage de cerveau»;
– qui produira une amnésie pour les événements précédant et pendant leur utilisation;
– [qui produiront] un état de choc et de confusion sur de longues périodes et pouvant être utilisés clandestinement; et
– qui entraînera une incapacité physique telle qu’une paralysie des jambes, une anémie aiguë, etc.

Expériences LSD

Le sénateur Edward Kennedy a dominé l’audience. Dans ses remarques liminaires, il a noté qu’il y avait:

un programme de «tests et d’expérimentation extensifs» qui comprenait des tests de dépistage de drogues clandestins sur des citoyens involontaires «à tous les niveaux sociaux, hauts et bas, autochtones américains et étrangers». Plusieurs de ces tests impliquaient l’administration de LSD à des «sujets involontaires dans des situations sociales».

Pour bon nombre de ces tests de dépistage, en particulier au début, «aucun personnel médical n’était disponible pour administrer les médicaments ou observer leurs effets». Souvent, les sujets choisis au hasard «sont tombés malades pendant des heures ou des jours, y compris une hospitalisation dans au moins un cas».

Plus troublant encore, certains des tests se sont avérés mortels, mais cela n’a pas empêché la CIA de poursuivre son expérimentation:

La mort de deux Américains peut être attribuée à ces programmes; d’autres participants aux programmes de test peuvent encore souffrir des effets résiduels. . . . Le fait qu’ils se soient poursuivis pendant des années après que le danger de l’administration clandestine de LSD à des individus involontaires était connu, démontre un mépris fondamental pour la valeur de la vie humaine.

L’une de ces vies appartenait au Dr Frank Olson, lui-même chercheur de l’armée américaine qui avait étudié «le développement de techniques pour une utilisation offensive des armes biologiques. . . [et] recherche biologique pour la CIA. »

Avec un groupe de 9 autres scientifiques, il a assisté à une conférence dans une cabane à Deep Creek Lake, Maryland en novembre 1953. Une fois là-bas, ironiquement, des agents de la CIA ont dopé le Cointreau des chercheurs avec du LSD. Ce n’est qu’après que les scientifiques ont fini leur verre qu’ils ont été informés qu’ils avaient été drogués.

La plupart des chercheurs ont bien géré l’expérience et n’ont eu aucun effet secondaire, mais pas le Dr Olson. Il ne s’est jamais remis de l’épreuve et peu de temps après l’expérience, a commencé à montrer «des symptômes de paranoïa et de schizophrénie».

Le supérieur du Dr Olson et la CIA qui a dirigé l’expérience se sont arrangés pour qu’il se fasse soigner à New York. En passant la nuit dans une chambre d’hôtel avec l’officier de la CIA et après avoir demandé un réveil pour le lendemain matin, le Dr Olson a réussi à tomber mort. Comme l’a rapporté l’officier de la CIA (Lashbrook):

Vers 2 h 30 le samedi 28 novembre, Lashbrook a été réveillé par un «fracas de verre». . . . . Olson «s’était écrasé à travers le store de la fenêtre fermée et la fenêtre fermée et il est tombé mort de la fenêtre de notre chambre au 10e étage.

Rien n’indique qu’une enquête sur un acte criminel, en particulier par l’officier de la CIA (qui était à la fois responsable de l’expérience et seul dans la chambre d’hôtel avec Olson) ait été menée.

Les universités, les prisons et les hôpitaux ont mené des expériences

Lors de l’audience, le sénateur Kennedy a noté que de nombreuses institutions par ailleurs respectables ont été frauduleusement incorporées dans des projets MKUltra:

Ce dont nous parlons essentiellement, c’est. . . la perversion et la corruption de bon nombre de nos centres de recherche exceptionnels dans ce pays, avec des fonds de la CIA, où certains de nos meilleurs chercheurs étaient involontairement impliqués dans des recherches parrainées par l’Agence dans lesquelles ils n’avaient aucune connaissance du contexte ou du soutien pour lequel ils étaient.

Selon le rapport d’audience, «quatre-vingt-six universités ou institutions étaient impliquées» et «185 chercheurs et assistants non gouvernementaux» ont travaillé sur ces projets.

«Les médecins, toxicologues et autres spécialistes des stupéfiants mentaux» ont été attirés par MKUltra grâce à l’octroi de subventions «accordées sous les auspices d’une fondation de recherche apparente, dissimulant ainsi l’intérêt de la CIA à l’institution du spécialiste».

Pour certains des 12 hôpitaux qui ont participé au projet MKUltra, des tests ont été menés sur des patients cancéreux en phase terminale – probablement parce que les expériences étaient censées avoir des effets néfastes, voire mortels, de longue durée.

Malheureusement, pour que les hôpitaux (et peut-être les patients) acceptent ces expériences, la CIA a souvent payé l’institution. Par exemple, le sous-projet 23, autorisé en août 1955, fonctionnait comme suit:

L’ingénieur de projet. . . a autorisé l’entrepreneur à payer les frais d’hospitalisation de certaines personnes atteintes d’un cancer incurable pour le privilège d’étudier les effets de ces produits chimiques au cours de leurs maladies en phase terminale.

De même, bon nombre des expériences menées dans les trois prisons l’ont été en secret: «Nous savons également maintenant que des tests involontaires ont eu lieu sur des psychopathes sexuels criminels.»

Tous les tests n’ont pas été effectués sans le vouloir, bien que cela ne les rende pas plus éthiques. Par exemple, dans une expérience en prison menée par le National Institute of Mental Health Addiction Research Center au Lexington Rehabilitation Center (une prison pour toxicomanes condamnés), des prisonniers qui se sont portés volontaires pour participer à une expérience de drogue hallucinogène se sont vu promettre (et ont reçu) des doses de «La drogue de leur dépendance.»

Diverses autres expériences

Un nombre inconnu d’autres expériences dans «des domaines tels que les effets de l’électrochoc, les techniques de harcèlement à usage offensif. . . [Et] des sprays et aérosols propulsés au gaz »destinés à être utilisés comme« systèmes de délivrance d’assassinats »étaient également utilisés.

En outre, les scientifiques de MKUltra ont été autorisés à rechercher «des voies supplémentaires pour contrôler le comportement humain», y compris «les rayonnements». . . [et] les dispositifs et matériels paramilitaires. »

Expériences secrètes odieuses: en chiffres

Le projet MKUltra comprenait 149 sous-projets «dont beaucoup semblent avoir un lien avec la recherche sur la modification du comportement, l’acquisition et le test de drogues ou l’administration subrepticement de médicaments», notamment:

– «6 sous-projets impliquant des tests sur des sujets involontaires ont été menés.»
– 8 sous-projets impliquant l’hypnose, dont 2 utilisant également des médicaments ont été réalisés.
– 7 sous-projets comprenaient l’utilisation de médicaments ou de produits chimiques.
– 4 sous-projets ont utilisé «l’art du magicien. . . par exemple, livraison clandestine de matériel lié à la drogue. »
– 9 sous-projets ont étudié la recherche sur le sommeil (lire: la privation) et l’influence de la psychothérapie sur le comportement.
– 6 sous-projets ont étudié les effets sur les tissus humains des «agents pathogènes exotiques et la capacité de les incorporer dans des systèmes d’administration efficaces».

La CIA a perdu ou détruit tous les enregistrements du projet MKUltra

Malheureusement, mais sans surprise, il ne reste presque aucun enregistrement des 10 années d’activité secrète. Comme l’a fait remarquer le sénateur Kennedy:

Le plus troublant de tous était peut-être le fait que l’étendue de l’expérimentation sur des sujets humains était inconnue. Les archives de toutes ces activités ont été détruites en 1973, sur les instructions du directeur de la CIA de l’époque, Richard Helms.

Cependant, certains documents ont été négligés lors de la destruction de la CIA, car de nouveaux documents ont été trouvés en 1977, comme l’a noté le sénateur Kennedy:

Nous pensions que le dossier, aussi incomplet soit-il, était aussi complet qu’il allait l’être. Ensuite, une personne, par le biais d’une demande d’accès à l’information, a accompli ce que deux comités du Sénat américain ne pouvaient pas. Il a incité l’agence à trouver des documents supplémentaires. . . . Les archives révèlent une série d’expériences beaucoup plus étendue qu’on ne le pensait auparavant.

Néanmoins, ces enregistrements laissent toujours un enregistrement incomplet du programme.

Aucune responsabilité

Deux procès découlant des activités de MKUltra ont été portés devant la Cour suprême, mais tous deux ont protégé le gouvernement sur les droits des citoyens:

En 1985, la Cour a statué dans CIA c. Simms que les noms des institutions et des chercheurs qui ont participé au projet MKUltra étaient exemptés de révélation en vertu de la loi sur la liberté de l’information en raison du besoin de la CIA de protéger ses «sources de renseignement».

En 1987, dans United States v. Stanley, la Cour a statué qu’un militaire qui s’était porté volontaire pour une expérience d’armes chimiques, mais qui avait en fait été testé avec du LSD, n’avait pas le droit de déposer une plainte en vertu de la Federal Tort Claims Act.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *