Vera Cruz: la rumeur d’une créature étrange effraie les habitants d’Itaparica

Le couvre-feu imposé par le gouvernement de Bahia restreint le rôle des humains dans les rues de l’État, mais il n’affecte pas les créatures «de l’autre monde». Du moins, c’est ce qui garantit une rumeur qui circule à travers les groupes WhatsApp et d’autres réseaux sociaux des habitants de l’île d’Itaparica.

Personne ne sait avec certitude ce que serait l’animal. Chupa-chèvre, loup-garou, bigfoot et homme-singe sont quelques-unes des suppositions, mais la seule certitude de l’histoire est que le vilain insecte rôderait dans les rues d’Ilha de Misericórdia – le nom de l’endroit est bien adapté au phénomène , y compris -, contribuant à garantir un verrouillage partiel sur l’île.

«Tout le monde en parle, les groupes ‘zap’ et ‘face’» , révèle Marise, propriétaire d’un restaurant à Itaparica. «Je crois que c’est une bête qui essaie de faire peur aux gens» , a théorisé, sceptique, Gerusa, un autre habitant.

La version de Gerusa semble avoir pris de l’ampleur, à tel point qu’une nouvelle rumeur indique qu’en fait, il s’agit d’un homme en costume, qui aurait même été localisé et arrêté par la police. CORREIO a pris contact avec les commissariats de police de la région et ils ont tous dit qu’ils ne connaissaient pas la version.

Les photos sont réelles, pero no mucho

Les photographies qui circulent sont au nombre de deux. L’un montre la créature aux bras longs marchant à côté de ce qui semble être une église. L’autre représente ce qui semble être une famille de « monstres », avec des parents et un petit, marchant le long d’un chemin de terre sombre.

Avec une recherche inversée sur Google, les images ne sont apparues dans aucun contexte autre que cette rumeur. En d’autres termes: ils ont probablement été créés spécifiquement pour donner vie à l’histoire.

Le designer Francisco Patrício, un expert en retouche d’images, a analysé les photos et n’a trouvé aucune preuve de retouche numérique.

«Le premier est très bien fait, à cause des ombres. L’animal va à contre-jour, et il est très droit devant l’animal. Et dans le second, il est très difficile d’identifier même l’existence d’une ombre car elle n’est pas éclairée » , a-t-il analysé.

En bref: il y a une chance que les photos soient vraies, mais cela ne veut pas dire qu’elles sont réelles. Les deux sont faibles en luminosité et en définition. Avec cela, il est facile pour quelqu’un en costume, par exemple, de paraître beaucoup plus effrayant que d’habitude.

Un autre détail de cette photo gêné par la faible luminosité est le panneau accroché au mur de l’église. Il est apparemment écrit dans l’alphabet arabe – ce qui mettrait une pelle dans cette histoire. Cependant, il n’est pas possible d’en être sûr.

«Vous ne pouvez pas dire si elles sont fausses ou vraies. Cependant, les photos basse résolution sont parfaites pour l’illusion d’optique. Vous pouvez vous habiller et aller dans le noir pour créer facilement quelque chose qui a l’air réel », conclut-il.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : VERACRUZ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *