10 ans après le tsunami au Japon: les gens prétendent voir des fantômes sans tête et des esprits démembrés

Le 11 mars 2011, peu avant 15h00, heure locale, un tremblement de terre majeur a frappé la côte japonaise. D’une magnitude de neuf, c’était le tremblement de terre le plus puissant jamais enregistré au Japon et le quatrième au monde dans l’histoire enregistrée.

Le grand tremblement de terre, avec son épicentre à 70 kilomètres des zones côtières, a déclenché un gigantesque tsunami, qui a coûté la vie à plus de 19 000 personnes. D’énormes vagues, qui ont atteint 40 mètres et à une vitesse de 700 km / h, ont frappé la côte et ont pénétré jusqu’à 10 kilomètres à l’intérieur des terres, détruisant tout sur leur passage.

Les gens n’avaient que quelques minutes pour fuir leurs maisons et emporter leurs affaires et, horriblement, plus de 100 sites d’évacuation ont été rasés. Beaucoup se sont noyés, mais des milliers d’autres ont été tués par la force lorsque des arbres, des véhicules et des bâtiments ont été renversés par la terrible puissance du tsunami. Plus de 120 000 bâtiments ont été détruits et près de 300 000 ont subi un «effondrement partiel»en raison de la force extrême de la nature. Les routes ont été dévastées, ainsi que les voies ferrées, et des millions de foyers se sont retrouvés sans électricité ni eau. Le tsunami a également provoqué une catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima, une grande partie de la zone environnante étant toujours inhabitable. Après la dévastation du tsunami, plus de 340 000 personnes se sont retrouvées sans domicile et les zones touchées ont souffert de pénuries de nourriture, d’eau, de médicaments et de carburant.

Des tonnes de débris se sont accumulées autour des villes côtières touchées par le tsunami et on estime qu’il reste encore plus d’un million de tonnes dans l’océan Pacifique. Et lorsque l’opération de nettoyage a commencé et que les gens ont commencé à rentrer lentement chez eux, face à un autre cauchemar. Là où auparavant se trouvaient les maisons des voisins, des amis et des êtres chers, il n’y avait plus que des ruines et des vies perdues. Les gens ont dû essayer de reconstruire leur vie à partir des décombres. Au milieu de l’angoisse mentale de retourner dans des endroits familiers où ils avaient autrefois été heureux, beaucoup ont rapporté que des choses étranges se passaient.

Les fantômes de Fukushima

D’être réveillé la nuit à des bruits ou des sensations inhabituels, à d’étranges présences alors qu’ils essayaient de retourner à leur vie quotidienne dans les communautés détruites qui avaient été emportées par le tsunami. Il ne semblait y avoir qu’une seule explication: les apparitions des fantômes de ceux qui avaient perdu la vie en ce terrible jour de mars.

Certains ont même rapporté avoir vu des rangées de personnages fantomatiques, attendant patiemment parmi les décombres, qui étaient auparavant un supermarché. Pour Shinichi Yamada, père de deux enfants, le phénomène terrifiant qui a suivi le tsunami était bien réel alors que lui et ses fils essayaient de reconstruire leur vie. Il avait échappé aux vagues qui ont détruit sa maison et a par la suite sauvé deux statues bouddhistes des décombres. Mais quand sa «nouvelle vie» a commencé, il a dit que des phénomènes étranges ont commencé à se produire. Il a révélé que ses deux fils étaient tombés malades soudainement et qu’un froid inexplicable semblait suivre la famille dans toute la maison.

«Plusieurs fois, alors que j’étais allongé sur le lit, j’ai senti quelque chose me traverser, me traverser la poitrine », a déclaré Yamada.

Fantômes du tsunami au Japon - 10 ans après le tsunami au Japon: les gens prétendent voir des fantômes sans tête et des esprits démembrés

Le père inquiet, ainsi que de nombreux autres survivants du tsunami, ont estimé qu’il n’y avait qu’un seul endroit où il pouvait demander de l’aide: un exorciste . Kansho Aizawa a aidé d’innombrables familles à faire face aux fantômes après le tsunami et dit qu’elle a elle-même vu de nombreuses apparitions.

« Il y a des fantômes sans tête, et certains manquent de mains ou de jambes, d’autres sont complètement coupés en deux « , a expliqué Aizawa dans un épisode de l’émission télévisée « Unsolved Mysteries » diffusé l’année dernière. «Les gens sont morts de différentes manières pendant la catastrophe et étaient donc dans l’incertitude. Donc ça nous coûte cher, on les voit comme ils étaient quand ils sont morts. « 

Le problème des visions de personnages fantomatiques est devenu si grave dans certaines régions que les chauffeurs de taxi ont eu peur que leurs clients soient des fantômes plutôt que des passagers vivants. Immédiatement après la tragédie, les gens ont demandé l’aide de l’exorciste pour s’assurer que leurs proches étaient heureux dans l’au-delà, mais cela a changé avec le temps.

«Au début, les gens sont venus ici pour retrouver les corps de leurs proches», a poursuivi Aizawa. «Ensuite, ils ont voulu savoir exactement comment cette personne était morte et si son esprit était en paix. Ils ont commencé à vouloir transmettre leurs propres messages aux morts. « 

Pour Yamada, ses ennuis ont pris fin lorsqu’il a construit un sanctuaire pour les deux statues bouddhistes. Les gens sont toujours convaincus qu’il y a encore des fantômes, mais maintenant ils croient que grâce à leurs actions d’amour, leurs esprits sont enfin en paix.

L’explication psychologique

Cependant, tout le monde n’est pas convaincu que ces apparitions sont d’origine spirituelle. Keizo Hara, un psychiatre de la ville d’Ishinomaki, l’une des zones les plus durement touchées par le tsunami, a expliqué que les endroits où les gens disent voir des fantômes sont en grande partie ces zones complètement emportées par le tsunami. Une explication était que ceux qui avaient été témoins de la destruction pouvaient souffrir de troubles post-traumatiques.

« Nous pensons que des phénomènes tels que les observations de fantômes sont peut-être une projection mentale de la terreur et des inquiétudes associées à ces lieux « , a déclaré Hara. « Il faudra du temps pour que le SSPT émerge pour de nombreuses personnes dans des logements temporaires et pour qui rien n’a changé depuis le tremblement de terre. »

10 ans plus tard

Qu’ils soient de vrais fantômes ou le fruit d’un stress post-traumatique, 10 ans se sont écoulés depuis cette catastrophe catastrophique. Maintenant, dans un jardin niché sur une petite colline, sous les larges branches d’un cerisier, une cabine téléphonique blanche brille dans la lumière du début du printemps. Les survivants de la catastrophe de Fukushima en 2011 affirment que la ligne téléphonique déconnectée les aide à rester en contact avec ceux qu’ils ont perdus.

Esprits du tsunami japonais - 10 ans après le tsunami au Japon: les gens prétendent voir des fantômes sans tête et des esprits démembrés

Kazuyoshi Sasaki visite la cabane de la ville d’Otsuchi pour parler avec sa défunte épouse. Elle faisait partie des près de 20 000 personnes décédées lors du tremblement de terre et du tsunami qui a suivi. Composant son numéro de portable maintenant disparu, elle fond en larmes en expliquant comment elle l’a recherchée pendant des jours après la catastrophe. Continuez à l’informer de ce qui s’est passé dans sa vie: elle a quitté un logement temporaire, son fils lui construit une maison et elle a perdu un peu de poids. Pour Sasaki, la cabine téléphonique est une communication directe avec sa femme.

Sachiko Okawa utilise le téléphone pour appeler son défunt mari, avec qui elle était mariée depuis 44 ans. Elle lui demande ce qu’il fait depuis qu’il a été emporté il y a tant d’années par le tsunami. Parfois, il amène ses deux petits-enfants pour qu’ils puissent également parler à son grand-père. Le « téléphone de l’au-delà » attire désormais des milliers de visiteurs de tout le Japon. Il n’est pas seulement utilisé par les survivants du tsunami, mais aussi par les personnes qui ont perdu des membres de leur famille à cause d’une maladie ou d’un suicide. Connu sous le nom de Wind Telephone, il a été construit par Itaru Sasaki, qui l’a créé après avoir perdu son propre cousin du cancer un an avant la catastrophe de Fukushima. Et il y en a aussi beaucoup qui prétendent avoir écouté leurs proches décédés sur l’autre ligne.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : MEP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *