Les enquêteurs sur les OVNIS assassinés au travers du temps : Pourquoi ont ils été tués? (vidéos)

Il y a encore trop de soupçons soulevés en ce qui concerne la mort de plusieurs enquêteurs sur les ovnis. C’est trop fréquent et ils sont trop nombreux. Et cela se produit depuis 1947. Et c’est toujours le cas. Tout va de la mort par balle à la tête.

Mort par empoisonnement probable. Mort par suicide présumé, Mort par étranglement. Décès par implantation d’isotopes radioactifs, Décès par implantation de virus mortels. La liste se rallonge de plus en plus.

Les morts suspectes des enquêteurs sur les ovnis John E Mack, Lloyd Pie, Alistair Beckham, Mr.X, Uyrangê Hollanda, Phil Schneider, Ronald Rummel, Dr. Alan J Hynek, Danny Casolaro, Dr Karla Turner, Ron Johnson, Con Routine, Ann Livingston ainsi que la mort d’une foule de chercheurs dans le passé et bien d’autres, ne font qu’ajouter de l’emphase à une réalité avec laquelle beaucoup des OVNIogistes les plus conscients sont maintenant assez familiers.

Non seulement la recherche sur les ovnis est une zone potentiellement dangereuse, mais la durée de vie de l’enquêteur sérieux moyen est bien inférieure à la moyenne nationale.

Parce que si vous étudiez cela, vous constaterez que de nombreux chercheurs sur les ovnis travaillant sur leurs recherches dans les années 1970 et 1980 sont morts dans des circonstances très mystérieuses, et beaucoup de choses indiquent que cela peut avoir été tué. C’est également la conclusion à laquelle est parvenu un astronome amateur, un ancien conseiller du gouvernement américain Timothy Hood.

Hood a fait cette déclaration lors d’une conférence internationale à Amsterdam consacrée à la recherche d’intelligence extraterrestre. Et je crois que sa déclaration est vraie. Mais pour tous les chercheurs qui essaient de trouver une vie extraterrestre et de révéler la vérité, c’est toujours désagréable. La conclusion de Hood a été motivée par une étude de 30 ans sur ce sujet.

«En un temps relativement court, 25 personnes qui travaillaient dans le domaine spatial sont décédées pour diverses raisons. Lors de la découverte de ce phénomène tragique, a sérieusement cru qu’il avait à voir avec des extraterrestres. Selon Timothy Hood, ces décès n’étaient pas accidentels, mais plutôt le travail de services spéciaux qui ont éliminé les experts parce qu’ils en savaient trop.

Jetons un coup d’œil à certaines de ces «morts» inhabituelles qui auraient été causées par le suicide…

Capitaine Uyrangê Hollanda – Brésil

Pendant les mois de septembre à décembre 1977, l’armée de l’air brésilienne sous le commandement d’un capitaine Uyrangê Hollanda, a été envoyée sur l’île de Colares pour enquêter sur une série d’incidents au cours desquels plus de 80 personnes ont déclaré avoir été attaquées par des faisceaux lumineux d’OVNIS. , paralysant deux d’entre eux et laissant des marques de piqûre et de brûlure sur leur peau.

L’enquête portait le nom de code «Operation Saucer». Cette opération a rassemblé plus de 15 heures de film, 500 photos et des centaines de documents avec des dessins détaillés et des entretiens avec plus de 3000 témoins ».

Les fichiers devaient rester classifiés par le gouvernement brésilien jusqu’en 1997, date à laquelle AJ Gevaerd de l’enquêteur OVNI et Marco Petite de UFO Magazine ont été autorisés à accéder partiellement. Ils ont également été contactés par le Cpt Hollanda alors à la retraite qui leur a donné un souvenir vivant de toute la série d’événements.

En 1997, deux décennies après l’opération, le capitaine Uyrangê a accordé une interview aux chercheurs Ademar José Gevaerd (rédacteur en chef de UFO Magazine, fondateur et président du CBPDV (Centro Brasileiro de Pesquisas de Discos Voadores, ou Centre brésilien de directeur du Mutual UFO Network) et Marco Antônio Petit. Dans cette interview, il a raconté ses expériences de vie aux côtés de ses hommes.

Environ trois mois après l’entretien, il a été retrouvé mort pendu par sa propre ceinture.

Ron Rummel

Début août 1993, Ron Rummell (également connu sous le nom de Creston) a été retrouvé mort dans un parc de Portland, Oregon. Il avait reçu une balle dans la bouche et tenait soi-disant un pistolet à la main. La police l’a qualifié de suicide et a incinéré le corps le lendemain sans effectuer d’autopsie ni avertir les proches.

S’être tiré une balle dans la bouche avec un pistolet. Des amis disent qu’aucun sang n’a été trouvé sur le canon du pistolet et que la poignée de l’arme était exempte d’empreintes digitales.

De plus, selon les informations qui circulent actuellement, la note de suicide laissée par le défunt a été rédigée par un gaucher. Rummel était droitier. La transpiration sur le corps sentait le pentothal de sodium.

Affaire Sverdlovsk – Russie

Cet incident allégué entier a été en fait rapporté sur une émission spéciale de TNT de 1998, « The Secret KGB UFO Files », et animé par l’ancien acteur de James Bond Roger Moore.

Le programme a montré des segments filmés surprenants du crash présumé d’OVNI – ainsi que plusieurs minutes de l’autopsie supposée de l’extraterrestre mort.

Selon les archives, l’OVNI s’est écrasé en 1969. Nous pensons que ce cas est vrai. Mais nous ne pensons pas que l’autopsie réelle était authentique.

Cela a probablement été ajouté plus tard et n’avait vraiment rien à voir avec le crash de Sverdlovsk.

Et en avril et mai 1979, une épidémie inhabituelle d’anthrax s’est produite à Sverdlovsk, Union des Républiques socialistes soviétiques. Les responsables soviétiques l’ont attribué à la consommation de viande contaminée. Les agences américaines l’ont attribué à l’inhalation de spores libérées accidentellement dans une installation de microbiologie militaire de la ville.

Les données épidémiologiques montrent que la plupart des victimes travaillaient ou vivaient dans une zone étroite s’étendant de l’installation militaire à la limite sud de la ville. Plus au sud, le bétail est mort du charbon le long de l’axe étendu de la zone.

De nombreux scientifiques seraient également décédés au cours de cette épidémie. L’équipage «spécial TNT» a donc eu du mal à entrer en contact avec plusieurs des scientifiques qui s’occupaient de l’engin.

Et il est maintenant conclu que la fuite d’un aérosol d’agent pathogène du charbon dans l’installation militaire a provoqué l’épidémie. Pratique?

Secrétaire américain à la Défense – James Forrestal

Mai 1949, la vie du premier secrétaire américain à la Défense, James Forrestal, prend fin lorsqu’il plonge jusqu’à la mort, depuis une fenêtre du Bethesda, Maryland, National Naval Medical Center.

Les rumeurs abondent selon lesquelles le travail confidentiel et gouvernemental de Forrestal lui a donné un accès unique aux secrets OVNI les plus gardés du gouvernement américain de tous – des secrets que Forrestal avait l’intention de divulguer au monde, sa mort prématurée et suspecte ne lui gênait pas.

Jetons également un coup d’œil à Alaistair Beckham et à ses collègues comme encore un exemple. Ces scientifiques ont-ils été victimes d’une industrie de la défense corrompue? Ont-ils été des pions d’espionnage? Les morts ne sont-elles rien de plus qu’une extraordinaire coïncidence?

22 chercheurs britanniques SDI ont-ils vraiment TOUS commis des suicides?

Il s’agit de la «liste Sheldon». Le célèbre écrivain américain Sidney Sheldon, travaillant sur son roman «La fin du monde», a attiré l’attention sur une série de morts mystérieuses parmi des spécialistes britanniques développant des armes spatiales.

Alistair Beckham, cinquante ans, était un ingénieur britannique de projets aérospatiaux à succès. Sa spécialité était la conception de logiciels informatiques pour des systèmes de défense navale sophistiqués.

Comme des centaines d’autres scientifiques britanniques, il travaillait sur un programme pilote pour l’Initiative de défense stratégique américaine mieux connue sous le nom de Star Wars. Et comme au moins 21 de ses collègues, il est mort d’une mort bizarre et violente.

DOSSIER DE MORT

ACCIDENT D’AUTO – Professeur Keith Bowden, 45 ans, informaticien, Université d’Essex. En mars 1982, la voiture de Bowden a plongé d’un pont dans une gare de triage abandonnée. Sa mort a été répertoriée comme un accident.

PERSONNE DISPARUE – Lieutenant-colonel Anthony Godley, 49 ans, expert en défense, chef de l’unité travail-études au Collège militaire royal des sciences. Godley a disparu en avril 1983. Son père lui a légué plus de 60 000 $, à condition qu’il prétende que ce soit en 1987. Il ne s’est jamais présenté et est présumé mort.

SHOTGUN BLAST – Roger Hill, 49 ans, concepteur de radar et dessinateur, Marconi. En mars 1985, Hill se serait suicidé avec un fusil de chasse au domicile familial.

DEATH LEAP – Jonathan Walsh, 29 ans, expert en communications numériques affecté au centre de recherche secret de British Telecom à Martlesham Health (et à GEC, la société mère de Marconi). En novembre 1985, Walsh serait tombé de sa chambre d’hôtel alors qu’il travaillait sur un projet de British Telecom à Abidjan, en Côte d’Ivoire (Afrique). Il avait exprimé une peur pour sa vie. Verdict: toujours en question.

DEATH LEAP – Vimal Dajibhai, 24 ans, ingénieur en informatique (a travaillé sur le système de guidage de la torpille Tigerfish), Marconi Underwater Systems. En août 1986, les restes froissés de Dajibhai ont été retrouvés à 240 pieds sous le pont suspendu de Clifton à Bristol. Le décès n’a pas été répertorié comme un suicide.

DÉCAPITATION – Ashaad Sharif, 26 ans, analyste informatique, Marconi Defence Systems. En octobre 1986, à Bristol, Sharif aurait attaché une extrémité d’une corde autour d’un arbre et l’autre extrémité autour de son cou, puis est parti dans sa voiture à grande vitesse. Verdict: suicide.

SUFFOCATION – Richard Pugh, consultant informatique pour le ministère de la Défense. En janvier 1987, Pugh a été retrouvé mort, enveloppé de la tête aux pieds dans une corde qui était attachée quatre fois autour de son cou. Le coroner a qualifié sa mort d’accident en raison d’une expérience sexuelle qui a mal tourné.

ASPHYXIATION – John Brittan, expert en batteries de chars du ministère de la Défense, Collège militaire royal des sciences. En janvier 1987, Brittan a été retrouvé mort dans une voiture garée dans son garage. Le moteur tournait toujours. Verdict: mort accidentelle.

SURDOSE DE MÉDICAMENTS – Victor Moore, 46 ans, ingénieur concepteur, Marconi Space Systems. En février 1987, Moore a été retrouvé mort d’une overdose de drogue. Sa mort est répertoriée comme un suicide.

ASPHYXIATION – Peter Peapell, 46 ans, scientifique, Collège militaire royal des sciences. En février 1987, Peapell a été retrouvé mort sous sa voiture, le visage près du tuyau d’échappement, dans le garage de sa maison d’Oxfordshire. La mort était due à une intoxication au monoxyde de carbone, bien que des tests aient montré que le moteur ne fonctionnait que depuis peu de temps. Le jeu fautif n’a pas été exclu.

ASPHYXIATION – Edwin Skeels, 43 ans, ingénieur, Marconi. En février 1987, Skeels a été retrouvé mort dans sa voiture, victime d’un empoisonnement au monoxyde de carbone. Un tuyau sortait du tuyau d’échappement. Sa mort est répertoriée comme un suicide.

ACCIDENT AUTOMOBILE – David Sands, directeur de projets satellites, Eassams (société sœur de Marconi). Bien que prêt pour une promotion, en mars 1987, Sands a conduit une voiture remplie de bidons d’essence dans le mur de briques d’un café abandonné. Il a été tué sur le coup. Le jeu fautif n’a pas été exclu.

ACCIDENT D’AUTO – Stuart Gooding, 23 ans, étudiant de troisième cycle en recherche, Collège militaire royal des sciences. En avril 1987, Gooding est mort dans une mystérieuse épave de voiture à Chypre alors que le Collège organisait des exercices militaires sur l’île. Verdict: mort accidentelle.

ACCIDENT D’AUTO – George Kountis, analyste de systèmes expérimenté à la British Polytechnic. En avril 1987, Kountis s’est noyé après que sa BMW ait plongé dans la rivière Mersey à Liverpool. Sa mort est répertoriée comme une mésaventure.

SUFFOCATION – Mark Wisner, 24 ans, ingénieur logiciel à la station expérimentale du ministère de la Défense pour les avions de combat. En avril 1987, Wisner a été retrouvé mort chez lui avec un sac en plastique sur la tête. Lors de l’enquête, sa mort a été déclarée accidentelle en raison d’une expérience sexuelle qui a mal tourné.

ACCIDENT AUTOMOBILE – Michael Baker, 22 ans, expert en communications numériques, Plessey Defence Systems. En mai 1987, la BMW de Baker s’est écrasée à travers une barrière routière, tuant le conducteur. Verdict: mésaventure.

ATTAQUE CARDIAQUE – Frank Jennings, 60 ans, ingénieur en armes électroniques pour Plessey. En juin 1987, Jennings serait mort d’une crise cardiaque. Aucune enquête n’a eu lieu.

DEATH LEAP – Russel Smith, 23 ans, technicien de laboratoire au Centre de recherche sur l’énergie atomique. En janvier 1988, le corps mutilé de Smith a été retrouvé à mi-chemin d’une falaise à Cornwall. Verdict: suicide.

ASPHYXIATION – Trevor Knight, 52 ans, ingénieur en informatique, Marconi Space and Defence Systems. En mars 1988, Knight a été retrouvé mort dans sa voiture, asphyxié par les fumées d’un tuyau fixé au tuyau d’échappement. La mort a été qualifiée de suicide.

ÉLECTROCUTION – John Ferry, 60 ans, directeur adjoint du marketing pour Marconi. En août 1988, Ferry a été retrouvé mort dans un appartement appartenant à l’entreprise, les fils dénudés d’un cordon électrique dans la bouche. Le jeu fautif n’a pas été exclu.

ÉLECTROCUTION – Alistair Beckham, 50 ans, ingénieur logiciel, Plessey. En août 1988, le corps sans vie de Beckham a été retrouvé dans l’abri de jardin derrière sa maison. Des fils nus, reliés à une conduite sous tension, étaient enroulés autour de sa poitrine. Maintenant, une note de suicide a été trouvée, et la police n’a pas exclu un acte criminel.

ASPHYXIATION – Andrew Hall, 33 ans, directeur de l’ingénierie, British Aero- space. En septembre 1988, Hall a été retrouvé mort dans sa voiture, asphyxié par les fumées d’un tuyau fixé au tuyau d’échappement. Des amis ont dit qu’il était bien aimé, qu’il avait tout pour quoi vivre. Verdict: suicide.

Lorsque vous collectez les informations et rassemblées dans ces cas, vous pouvez clairement voir qu’il existe un nombre surprenant d’ufologues qui sont morts de la manière et dans les circonstances les plus étranges depuis les années 1950.

L’éminent activiste Stephen Bassett, soutient l’idée que le gouvernement américain a régulièrement assassiné des citoyens innocents qui ont essayé de sonder des cas d’OVNIS comme Roswell ou qui ont essayé d’amener le gouvernement à révéler la vérité sur les OVNIS.

Mais nous espérons qu’au XXIe siècle, la mort de ces personnes, décédées à la recherche de la vérité, ne sera pas vaine.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *