Le Barbier Fantôme De Pascagoula

L’histoire est parsemée d’étranges récits d’attaquants fantômes. Ces assaillants mystérieux attaquent, suscitent une panique massive, puis disparaissent aussi mystérieusement qu’ils viennent.

Beaucoup, comme le légendaire Spring-Heeled Jack, sont clairement plus de la fiction que des faits, mais de temps en temps, une épidémie de comportement étrange est enracinée dans une véritable activité criminelle. La panique entourant le London Monster, par exemple, est probablement née d’attaques légitimes contre des femmes dans les rues de Londres du 18e siècle.

Un attaquant fantôme similaire au monstre de Londres a traqué les rues de Pascagoula, Mississippi pendant la Seconde Guerre mondiale, s’attaquant aux femmes et aux filles. Sa perversion particulière impliquait de couper les cheveux, ce qui a conduit les habitants à le surnommer Le Barbier Fantôme de Pascagoula.

Un assaillant mystérieux

C’était en 1942. L’Amérique était en guerre. Alors que ses hommes et ses garçons partaient combattre dans des champs étrangers, ses villes se sont préparées à produire le matériel dont les troupes auraient besoin pour gagner la guerre. La petite ville de Pascagoula ne faisait pas exception.

En effet, la guerre a été une période de prospérité pour la ville – sa population a augmenté de 15 000 habitants en seulement deux ans. Pascagoula était impliquée dans la fabrication de navires de guerre, une industrie cruciale pour une nation impliquée dans une guerre contre deux océans.

Cependant, l’afflux de tant de personnes dans ce qui était autrefois une si petite ville a conduit à des tensions. C’était la recette parfaite pour la panique, avec le bouleversement social et le spectre de la guerre qui pendaient au-dessus de nos têtes. Bientôt, il y eut en effet une panique, qui semble similaire à bien des égards à l’épisode de Mad Gasser of Mattoon, qui est devenu un cas d’école d’hystérie de masse.

Les attaques ont commencé au début de juin 1942, lorsque le Barbier Fantôme a coupé les cheveux de Mary Evelyn Briggs et Edna Marie Hydel dans leur chambre au couvent de Notre-Dame des Victoires. À la fin de cette semaine, trois personnes ont reçu des coupes de cheveux indésirables à la cisaille du Phantom Barber. Aucun n’a vu son agresseur.

Mary Evelyn Briggs et sa soeur Laura

La ville était naturellement paniquée. Il est arrivé au point où l’armée a même modifié ses règlements d’interdiction (les coupures étaient des procédures pour se défendre contre les raids aériens) afin d’aider la police à chasser le barbier. Le barbier fantôme a principalement frappé les lundis et vendredis soirs et est entré par une fente dans les moustiquaires.

Le barbier fantôme frappe à nouveau

Une semaine après la première attaque, le Phantom Barber a frappé la maison de David G. Peattie, tondant les cheveux de sa fille Carol. Les parents ont trouvé une empreinte de pas nue près de la fenêtre.

Le vendredi suivant, les attaques sont devenues violentes: le Phantom aurait pénétré dans la maison de M. et Mme ST Heidelberg et les aurait battus avec une barre de fer. L’attaque finale a eu lieu un dimanche, deux semaines plus tard.

Le fantôme a coupé une mèche de cheveux de deux pouces de la tête de Mme RR Taylor. Mme Taylor a signalé une odeur nauséabonde et quelque chose pressé sur son visage, que les autorités ont supposé être un chiffon de chloroforme. Au total, une dizaine de maisons ont été cambriolées pendant le règne de terreur du Phantom Barber.

En août, la police a appréhendé un suspect qui, selon elle, était le Phantom Barber. Son nom était William Dolan, un chimiste allemand de 57 ans avec des sympathies allemandes signalées et une rancune contre les Heidelberg.

Le père de M. Heidelberg était un juge local qui avait refusé de réduire la caution de Dolan pour intrusion plusieurs mois auparavant. Dolan a été accusé de la tentative de meurtre des Heidelberg, mais curieusement, il n’a jamais été accusé de l’une des attaques de Phantom Barber, bien que le FBI ait trouvé un paquet de cheveux humains derrière sa maison, dont certains appartenaient à Carol Peattrie, dont vous vous souviendrez. était la quatrième victime du Barbier. Dolan a nié être le Barbier Fantôme.

Il a été condamné à dix ans pour tentative de meurtre. Après son arrestation, les attaques de Phantom Barber ont cessé.

On ne sait pas si Dolan était vraiment le barbier. Son attaque était d’une violence inhabituelle par rapport aux attaques du Barbier.

On pourrait faire valoir que les attaques Barber étaient des courses d’entraînement menant à l’assaut contre les Heidelberg, mais si tel était le cas, pourquoi faire une autre attaque de style Barber après l’assaut de Heidelberg? Aussi, s’il s’agissait de courses d’entraînement, pourquoi couper les cheveux? Cela ressemble à quelque chose de sexuellement motivé, un fétichisme des cheveux peut-être.

Si tel était le cas et que Dolan était l’assaillant, pourquoi garder ses prix dans la cour arrière? De plus, il ne semble pas que l’empreinte de pas dans la chambre de Carol Peattrie ait jamais été analysée, un oubli définitif de la part de la police.

Comme cela arrive souvent, il n’y a pas de réponse définitive dans ce cas. Il est certainement possible qu’un pervers avec un fétichisme des cheveux traque dans les rues de Pascagoula.

On ignore si ce pervers était William Dolan ou un autre homme qui a décidé de le réserver en dehors de la ville une fois que les autorités ont attrapé Dolan et que son nom était lié aux attaques. L’identité du Barbier Fantôme de Pascagoula restera un mystère.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source: Pajimans, Théo. «Le Barbier Fantôme de Pascagoula.» ForteanTimes.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *