Une ancienne amulette de protection contre le « mauvais œil » découverte en Israël

Les amulettes anciennes se divisent généralement en deux catégories : celles qui protègent contre les mauvais esprits et celles qui les appellent. L’astuce pour les archéologues est de déterminer quel type vous avez avant de le découvrir à la dure. Heureusement pour les archéologues de l’Autorité des antiquités d’Israël (IAA), l’amulette vieille de 1 500 ans qui leur a été offerte par la famille de la personne qui l’a trouvée il y a 40 ans fait partie des bonnes.

« Ce groupe d’amulettes est parfois appelé » sceau de Salomon « , et le cavalier est représenté en train de vaincre le mauvais esprit – dans ce cas, une femme identifiée à la figure mythologique Gello/Gyllou, qui menace les femmes et les enfants et est associée au mauvais œil . L’œil au revers est identifiable comme le mauvais œil, attaqué et vaincu par divers moyens. L’amulette était donc probablement utilisée pour se prémunir du mauvais œil, éventuellement pour protéger les femmes et les enfants.

Où est mon amulette ?

Le Dr Eitan Klein, directeur adjoint de l’Unité de prévention du vol d’antiquités de l’IAA, a déclaré dans un communiqué de presse que l’amulette a été trouvée il y a 40 ans dans le village d’Arbel dans le nord d’Israël sur le mont Arbel près de la mer de Galilée (Arbel a été créé en 1949 par des soldats démobilisés sur les terres dépeuplées après la guerre israélo-arabe de 1948) par l’un de ses premiers habitants, feu Tova Haviv. C’est un membre de sa famille qui « a fait preuve de civisme » et a remis l’amulette à l’IAA.

L’amulette ou le pendentif ( photos des deux côtés ici ) est triangulaire, l’un des côtés représentant un cavalier avec un halo jetant une sphère sur une figure féminine au sol, entouré d’une inscription en grec : « Le Dieu unique qui conquiert Mal. » Sous le cheval apparaissent les lettres grecques IAWO, l’équivalent du nom hébreu de YHWH. Le côté opposé a un œil poignardé de flèches et entouré de deux lions, un serpent, un scorpion et un oiseau. Son inscription grecque (EIS Th. S.) signifie « Un seul Dieu ». Le Dr Klein pense que le pendentif a probablement été produit en Galilée ou au Liban. Cependant, une autre chose fait de cette amulette une trouvaille vraiment unique.

« Bien que les érudits identifient généralement les porteurs de telles amulettes comme des chrétiens ou des gnostiques, le fait que l’amulette ait été trouvée dans une colonie juive contenant une synagogue aux cinquième-sixième siècles de notre ère peut indiquer que même les Juifs de l’époque portaient des amulettes de ce type pendant protection contre le mauvais œil et les démons.

Dans un mélange unique de protection contre le mauvais œil de l’envie et un démon féminin mythologique grec combiné avec le nom du Dieu d’Israël en grec, cette amulette balaie les croyances répandues sur les pratiques des Juifs aux 5e et 6e siècles de notre ère. .

C’est vraiment une découverte monumentale. Espérons que les différences politiques et religieuses d’aujourd’hui ne mettent pas fin au passé qui peut nous apprendre tellement sur la façon dont nous sommes arrivés ici – et peut-être où nous pouvons obtenir plus d’amulettes pour nous protéger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *