Six Découvertes Archéologiques Prétendument Maudites

La récente destruction d’anciens monuments et reliques aux mains de religieux radicaux a ravivé le soutien à la pratique controversée consistant à retirer des artefacts historiques de leurs terres natales pour les garder et les présenter dans des musées lointains.

Mais quel que soit le motif, les vestiges enfouis et oubliés d’une humanité disparue depuis longtemps seront toujours entachés d’effroi et d’inconfort.

Cela est dû aux soi-disant malédictions qui affecteraient de nombreuses découvertes archéologiques tout au long de l’histoire récente. Parmi les nombreux artefacts et vestiges historiques prétendument sous le charme d’une malédiction, les plus anciens et les plus intéressants sont répertoriés ci-dessous :

Masques de guerrier maori

Les Maoris sont les fils et les filles indigènes de la Nouvelle-Zélande. À partir de la fin du XVIIIe siècle, l’Empire britannique colonisateur a saisi de nombreux artefacts et objets d’une grande importance culturelle pour les Maoris pour les exposer dans les musées.

Parmi ces artefacts se trouve une collection de masques de guerriers qui, selon la culture maorie, ne doivent pas être vus, approchés ou touchés par les femmes enceintes ou celles qui ont leurs règles par peur du malheur.

La croyance en cette malédiction est si forte que les musées annoncent activement cet avertissement lorsqu’ils exposent les masques, un acte qui s’avère en soi controversé.

« Déesse de la mort »

Cette malédiction présumée entoure une statue de calcaire vieille de cinq mille ans découverte dans le village chypriote de Lempa au milieu du XIXe siècle. Actuellement, dans la collection du ministère de l’Intérieur de Chypre, la figurine « Femmes de Lemb » est censée représenter une déesse de la fertilité perdue dans l’histoire ancienne.

Selon une légende répétée à de nombreuses reprises sur Internet (mais pas ailleurs), la chaîne des propriétaires originaux de la figurine déterrée a tous connu des fins tragiques et souvent violentes.

On dit que la marque de mort placée sur ceux qui possèdent la statue affecte également les membres de la famille, ce qui en fait une malédiction particulièrement mortelle si elle est vraie.

Trésor de Karun

Également connu sous le nom de trésor de Crésus et de trésor de Lydian, le trésor de Karun n’est pas étranger à la controverse. La collection de 363 pièces datant de l’âge du fer a été rendue à sa Turquie natale après une longue bataille juridique avec le Metropolitan Museum of Art de New York.

En 2006, il a été découvert que de nombreuses pièces exposées étaient en fait des contrefaçons et une chasse internationale aux pièces originales a été lancée pour les six prochaines années.

Pendant tout ce temps, des histoires de la collection affectée par une malédiction ont continué à sortir de la région natale d’Usak en Turquie.

Il est allégué que les hommes qui ont pillé le trésor à l’origine et l’ont vendu illégalement à l’étranger ont tous été touchés par un grand malheur, notamment la mort mystérieuse de trois fils de l’un et le meurtre violent d’un autre.

Tombeau du roi Tut

Il n’y a pas de cas plus célèbre de découverte archéologique prétendument maudite que celui de la mise au jour de 1922 par Howard Carter de la tombe vieille de 3200 ans du pharaon égyptien Toutankhamon, populairement connu sous le nom de roi Tut.

Bien que les histoires de la malédiction de Tut affectant les individus associés à la découverte de la tombe soient au mieux ténues, elles sont fondées sur la croyance répandue en une «malédiction des pharaons» qui affecterait tous les sites funéraires égyptiens antiques.

Plusieurs malédictions écrites en hiéroglyphes ont été documentées sur les sites de tombes de l’Ancien Empire, mais une « malédiction de momie » n’est entrée dans la culture populaire qu’au XIXe siècle.

La plupart des chercheurs attribuent à une romancière du début du XIXe siècle, Jane C. Loudon, la source de cette association moderne entre les tombes égyptiennes et les malédictions.

Son livre de 1827 intitulé La Momie ! Or a Tale of the Twenty-Second Century est un premier exemple de science-fiction spéculative inspirée en partie du Frankenstein de Mary Shelley publié une décennie plus tôt.

Trésor de l’argonaute

Le mystérieux « Argonaut Treasure » et la malédiction qui l’a suivi ont été rapportés pour la première fois par Pravda.ru en février 2004.

Les blogueurs et auteurs paranormaux ont rapidement repris l’histoire qui comprenait une maladie soudaine, un comportement étrange et un meurtre, tous s’abattant sur la famille de l’homme qui a découvert ces artefacts vieux de 2500 ans.

Pourtant, l’idée d’un «trésor des Argonautes» est en soi un effort d’imagination, étant donné que les Argonautes étaient un petit clan de héros dans la mythologie grecque, et non un véritable groupe d’anciens.

Aucune trace de ce trésor en dehors de l’article original de la Pravda ne semble exister. Nous pouvons prêter de l’imagination à un complot visant à dissimuler cette découverte archéologique au public s’il existe un préjudice réel dû à une malédiction, mais c’est à peu près tout ce que vous pouvez créditer à cette histoire autrement incroyable.

Otzi l’homme des glaces

La plus ancienne momie naturelle jamais découverte en Europe, Otzi « l’homme des glaces » a vécu il y a environ 5 300 ans dans l’actuelle Italie du nord. Les détails exacts entourant sa mort restent flous, mais une chose est sûre : Otzi est mort d’un coup à l’arrière de la tête.

Otzi

La « malédiction d’Otzi » aurait affecté de nombreuses personnes directement impliquées dans sa découverte et son enlèvement. La première soi-disant victime était le médecin légiste qui a ramassé Otzi à mains nues pour placer les restes dans un sac pour le transport.

Il est décédé plus tard dans un accident de voiture en route pour présenter de nouvelles découvertes liées à la découverte. L’alpiniste qui a guidé ce pathologiste a lui-même été pris dans une avalanche mortelle quelques mois plus tard.

L’un des deux randonneurs à avoir initialement repéré la momie a été retrouvé mort d’une chute apparente lors d’une randonnée ultérieure dans les Alpes. Son corps a été découvert gelé face cachée, tout comme Otzi. La liste est longue, mais statistiquement parlant, il s’agit d’un nombre infime du nombre total de personnes qui ont travaillé sur ou autour d’Otzi au fil des ans.

Qu’il s’agisse de déranger, de profaner ou de détruire un site ou un artefact ancien, faire à peu près n’importe quoi pour ces trésors historiques va être controversé. L’existence ignorée mais toujours présente de prétendues malédictions placées sur les découvertes archéologiques garantit que cela est vrai.

Article traduit par DAmien pour preuves du paranormal

Par Taylor Leonard, source : theghostdiaries.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *