L’origine Inexpliquée Du Peuple Ket En Sibérie

Les Kets sont un peuple autochtone vivant en Sibérie et considéré comme l’un des plus petits groupes ethniques de la région.

Leur apparence, leur langue et leur mode de vie semi-nomade traditionnel ont laissé les chercheurs confus quant à leurs origines, certains suggérant un lien avec les tribus indigènes d’Amérique du Nord.

Il y a même du folklore Ket qui dit qu’ils sont venus de l’espace. Quelle est la véritable origine de ces personnes apparemment inhabituelles ?

Le peuple Ket s’installe en Sibérie

Le mot «ket» peut être traduit par «homme» ou «homme» et est le nom moderne de ce groupe ethnique sibérien particulier. Avant cela, cependant, ils étaient connus sous le nom d’Ostyaks ou Yenisei Ostyaks (un mot turc signifiant « étranger »), un reflet de la région où ils vivaient.

Les Kets se sont installés à l’origine dans le bassin moyen et inférieur du fleuve Ienisseï, qui est situé sur le territoire du territoire moderne de Krasnoïarsk du district fédéral sibérien de Russie.

Traditionnellement, ils menaient une vie nomade, chassant et échangeant des fourrures d’animaux tels que l’écureuil, le renard, le cerf, le lièvre et l’ours avec les commerçants russes.

Ils construisaient des tentes en bois, en écorce et en peaux de bouleau, élevaient des cerfs et pêchaient en canot. Beaucoup de ces activités sont pratiquées à ce jour.

Les bateaux des Yenisei Ostyaks se préparent à partir de Sumarokova.

Alors que la population de Ket est restée remarquablement stable à environ 1 000 personnes tout au long du XXe siècle, le nombre de locuteurs de Ket a progressivement diminué. Cette langue est unique car elle est considérée comme un « fossile linguistique vivant ».

Les recherches linguistiques menées dans la langue ket ont conduit à la théorie selon laquelle ce peuple est en quelque sorte lié à certaines tribus amérindiennes d’Amérique du Nord, et que ces dernières ont migré de Sibérie il y a plusieurs millénaires.

Culture

La culture de cette très petite tribu regorge de mystères et de secrets. Comme beaucoup d’autres peuples de Sibérie occidentale, les Kets animent le monde qui les entoure, le considérant comme vivant.

Comme les missionnaires omniprésents de l’Église orthodoxe russe n’ont pas essayé de changer cette croyance, mais rien de bon n’est sorti de cette entreprise. Les Kets ont toujours conservé leurs anciennes croyances.

Les Kets vivent dans une région rude mais étonnamment belle. Et à l’heure actuelle, ils ont conservé une attitude prudente, parfois même respectueuse envers la nature qui les entoure. Il a été hérité par ces personnes d’ancêtres lointains.

Les minuscules colonies des Kets sont situées principalement sur les rives du cours moyen et inférieur du Yenisei. Hélas, l’histoire de ce peuple s’est « perdue » dans l’épaisseur du temps. Seules les légendes subsistent.

Folklore ket

Selon une légende Ket, les Kets étaient des extraterrestres venus des étoiles. Selon une autre légende, les Kets se sont installés à l’origine dans le sud de la Sibérie, soit dans la région des montagnes de l’Altaï et du Sayan, soit entre la Mongolie et le lac Baïkal.

Cependant, l’arrivée des envahisseurs dans cette zone obligea les Kets à fuir vers la taïga sibérienne au nord.

Les légendes disent que ces envahisseurs étaient les Tistadas, ou « peuple de pierre », qui auraient pu être l’un des peuples qui ont formé les premières confédérations steppiques des Huns. On suppose également que ces peuples étaient des éleveurs nomades de rennes et de chevaux.

Ket femmes et enfants, 1913.

La langue mystérieuse du peuple Ket

On peut dire que l’aspect le plus intrigant du peuple Ket est sa langue. Pour commencer, la langue ket ne ressemble à aucune autre langue parlée en Sibérie.

En fait, cette langue appartient au groupe linguistique connu sous le nom de Yenisei, qui se compose d’un certain nombre de langues apparentées parlées dans la région de Yenisei.

Hormis le ket, toutes les autres langues de cette famille sont aujourd’hui éteintes. La langue yug, par exemple, a été déclarée éteinte en 1990, tandis que les autres, y compris le kottic et l’arin, ont disparu au 19e siècle.

On craint que la langue ket ne disparaisse également à l’avenir. Selon les recensements effectués au XXe siècle, la population Ket est restée stable pendant des décennies, sans augmentation ni diminution.

Cependant, il est alarmant de constater que le nombre de Kets capables de parler leur langue maternelle est en baisse.

Par exemple, lors du recensement de 1989, 1 113 Kets ont été enregistrés. Cependant, seulement environ la moitié d’entre eux parlaient le ket, et la situation empirait.

Un rapport d’Al Jazeera de 2016, par exemple, a fait valoir qu ‘«il ne reste peut-être que quelques dizaines de personnes qui parlent couramment le ket, et principalement des personnes de plus de 60 ans».

Hangars à bateaux à Kets, 1914

Origine nord-américaine ?

La langue ket a attiré l’attention des linguistes car on pense qu’elle descend d’une langue proto-yénisienne qui aurait pu être apparentée à des langues aussi diverses que le basque en Espagne, le barusaski en Inde, le chinois et le tibétain.

Edward Vajda, linguiste historique à la Western Washington University, a même émis l’hypothèse que le ket pourrait être lié à la famille des langues na-dene nord-américaines, qui comprend des langues telles que le tlingit et l’athabaskan.

Enfin, il a été noté que si l’hypothèse de Wajda s’avérait correcte, ce serait une découverte très importante, car elle éclairerait davantage la question de savoir comment les Amériques ont été colonisées.

En plus des liens linguistiques, les chercheurs ont également tenté d’établir des liens génétiques entre les Kets et les Amérindiens pour étayer davantage l’hypothèse de la migration. Cependant, cette tentative n’a pas été très fructueuse.

Premièrement, les quelques échantillons d’ADN qui ont été obtenus pourraient avoir été contaminés.

Deuxièmement, les Amérindiens refusent souvent de fournir des échantillons d’ADN, c’est pourquoi des échantillons d’ADN amérindiens d’Amérique du Sud ont été utilisés à la place.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *