Ces séries qui ont fait bouger les lignes: «X-Files: aux frontières du réel», visionnaire ou complotiste?

C’est bien connu, la vérité est ailleurs… Il y aura bientôt trente ans, « X-Files » rouvrait les dossiers dits classés avec à sa tête les agents Fox Mulder et Dana Scully. Une série qui oscillait entre science-fi ction et paranoïa.

Ces séries qui ont fait bouger les lignes: «X-Files: aux frontières du réel», visionnaire ou complotiste?D.R.

Tous les fondus de science-fiction et de surnaturel vous le diront : il y a un avant et un après-« X-Files », la série-culte de Chris Carter, que lança la chaîne Fox le 10 septembre 1993. Jusque-là, les fictions touchant au paranormal ou aux extraterrestres étaient majoritairement des productions kitsch ou des blockbusters, genre « E.T. ». « X-Files » fait souffler un vent nouveau en abordant avec sérieux les phénomènes étranges sur lesquels ses deux personnages centraux tentent de faire la lumière.

« On nous cache des choses »

Faut-il encore présenter ces derniers ? Il s’agit bien sûr des agents spéciaux du FBI Fox Mulder, incarné par David Duchovny, et Dana Scully, jouée par Gillian Anderson. Quand le premier avait 12 ans, sa sœur Samantha disparut mystérieusement, et il est persuadé qu’elle a été enlevée par des aliens. C’est un homme sensible et instinctif, mais l’objectivité n’est pas son fort. La seconde est médecin et cherche perpétuellement à trouver une explication scientifi que et logique aux « cas » classés sans suite dont ils s’occupent. Ici, Carter a délibérément inversé les stéréotypes, dans la mesure où dans notre société, l’homme est plutôt vu comme terre à terre et rationnel, et la femme, comme intuitive et ouverte d’esprit.

Trois décennies plus tard, force est de constater que la série a été visionnaire. Car s’il y est question de vampires, fantômes, loups-garous et autres monstres de toutes les formes qui réveillent des peurs ancestrales, elle aborde aussi des thèmes qui, encore relativement obscurs à l’époque, sont plus que jamais, aujourd’hui, au cœur du débat public. On pense notamment au clonage et à la manipulation génétique, aux virus mortels ou aux implants ; elle est également la première fiction à avoir abordé la terrible maladie de Creutzfeldt-Jakob, qui fut à l’origine de la crise dite « de la vache folle » quelques années plus tard. Avec toujours, en filigrane, ramenée par le biais de l’agent Mulder, la fameuse théorie du complot. Depuis le début, il est persuadé que les gouvernements dissimulent la vérité à la population. Dans les deux premières saisons, il avance qu’il y a belle lurette, des extraterrestres se sont mis à coloniser la Terre. Des envahisseurs qui se seraient assuré la collaboration de nos dirigeants, qui les aident dans cette entreprise…

Des êtres machiavéliques groupés sous le nom de « Syndicat » servent d’intermédiaires entre les aliens et les leaders en place. Ils sont représentés par un tueur implacable, « l’homme à la cigarette », campé par William B. Davis. Des thématiques osées qui valurent à « X-Files » ses galons de série-culte, attirant chaque semaine plus de quinze millions d’accros, le vendredi, outre-Atlantique. Elle prit fin le 19 mai 2002, après neuf saisons.

C’est une évidence : la série a renforcé la conviction de beaucoup qu’on nous cache des choses. Présomption souvent entendue au cours des 202 épisodes de la série initiale. Et puis, au terme de chacun d’entre eux, insérée dans ce générique mythique hanté par la musique angoissante de Mark Snow, surgit cette phrase : « La vérité est ailleurs ». On n’a pas marché sur la Lune, Elvis est vivant, JFK a été tué par la CIA, Marilyn et Lady Di ont été assassinées, le sida a été créé en laboratoire : le XXe siècle a eu son lot de théories du complot !

Sans se tromper, on peut affirmer que « X-Files » est venu non seulement remettre de l’huile sur ce feu-là, mais a produit de nouvelles étincelles. Depuis la série, des millions de fans questionnent tout ce que l’actualité charrie, et remettent en cause de nombreux faits. Trump et l’épidémie du coronavirus ont généré un nombre incalculable de nouvelles théories saugrenues aux États-Unis. Parmi elles, « la 5G et le virus sont liés », « le covid est une invention », « le vaccin contient une puce électronique, nous sommes fichés », etc.

« Tous les jours, je regarde le J.T. et je vois un épisode potentiel de “X-Files ”  », a confié Chris Carter, qui a fait revenir la série presque quatorze ans après son arrêt, le 24 janvier 2016, avec une 10e saison de six épisodes ayant pour thème « la surveillance de masse ». C’était quatre ans avant le covid. Un retour salué par les fans de la première heure, ce qui poussa Fox à lui offrir une 11e saison, de dix épisodes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.