Un Poltergeist a expulsé des policiers de leur commissariat en Afrique du Sud

Un service de police en Afrique du Sud (Afrique du Sud) a été confronté à un phénomène paranormal récurrent, apparemment un poltergeist, qui a rendu « insupportable » la présence d’agents dans les locaux d’un commissariat.

Selon les médias locaux , tout a commencé fin décembre 2022 dans une petite zone hébergée dans la communauté Relela. La nuit, des phénomènes inexplicables et étranges ont commencé à se produire à l’intérieur et à l’extérieur du site.

Le week-end dernier, l’activité des forces d’un autre monde dans la station est devenue si forte que les policiers effrayés qui y étaient de service pendant l’équipe de nuit ont physiquement quitté le bâtiment et ont parcouru la ville dans leurs voitures de patrouille jusqu’à l’aube.

L’un des policiers effrayés a dit au journaliste que « ce qu’il a vu la nuit dernière était dégoûtant », tandis qu’un autre a déclaré sans ambages que « notre commissariat était envahi par des fantômes ».

Les policiers agités ont en outre expliqué que pendant la journée, le poste est complètement calme, mais les nuits nuageuses ou pluvieuses, ils sont « attaqués par des fantômes ».

Ces «attaques d’un autre monde», disent-ils, commencent généralement par des rafales de vent inexpliquées qui balayent un bâtiment et secouent les arbres voisins.

Pendant que cela se produit, des « cris d’animaux sauvages inhabituels » peuvent être entendus, puis les lumières de la pièce commencent à clignoter au hasard.

Les flics rapportent que ces « visites » effrayantes se terminent par le bruit de « pas bruyants » qu’ils ont comparé au bruit de piétinement d’un éléphant venant de quelque part près de la gare, mais ils n’ont jamais été en mesure de localiser la source de ces « pas ».

Il est rapporté que le bâtiment du poste de police a été construit à côté des anciennes tombes, ce qui pourrait troubler les esprits. Bien que la raison pour laquelle les esprits n’aient été dérangés que récemment, ce n’est pas clair.

Il est indiqué que la police n’a pas pu rester au commissariat la nuit pendant plusieurs jours. Comment les choses sont maintenant là-bas est inconnue. Quant à l’avis des riverains, l’un d’eux, sur le droit à l’anonymat, a déclaré que « ce n’est un secret pour personne que la nuit, des fantômes se déchaînent dans ce quartier ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.